Modern technology gives us many things.

Zimbabwe: Robert Mugabe menacé par le parlement

L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe est cité à comparaître devant le parlement pour s’expliquer sur « la disparition de diamants d’une valeur de 15 milliards de dollars (12,2 milliards d’euros) », a annoncé un parlementaire.

Le parlement du Zimbabwe a menacé d’accuser l’ancien président du pays, Robert Mugabe, de mépris s’il ne comparaissait pas lors de son audition. « Nous avions fixé au 9 mai la date où il doit venir témoigner » », a déclaré Temba Mliswa, le président du comité parlementaire en charge des Mines et de l’Energie, cité par le journal d’Etat Herald.

M. Mugabe, âgé de 94 ans, n’a pas comparu devant le Comité pour clarifier les affirmations qu’il avait faites en 2016 selon lesquelles le pays avait perdu 15 milliards de dollars en raison des fuites de diamants.

C’était la deuxième fois que Mugabe ne se présentait pas pour faire face aux législateurs et il a attiré la colère des fonctionnaires du comité qui lui ont ordonné de se présenter le 11 juin ou fera face à des accusations de mépris et d’emprisonnement.

« Nous attendons qu’il ait le temps de comparaître devant le parlement. Nous attendons de lui qu’il coopère et que le parlement ait le pouvoir de convoquer quiconque « , a déclaré lundi le président du comité, Temba Mliswa, à des journalistes à Harare.

Il a ajouté: « Dans la lettre que nous lui écrivons, qui est en même temps la dernière, nous lui rappelons que nous l’appellerons et nous espérons que nous n’arriverons pas à cette étape de convoquer de force un ancien président …

« Permettez-moi de vous rappeler que l’ancien et défunt député Roy Bennett a été envoyé en prison par le parlement. Alors gardons à l’esprit les pouvoirs du parlement « , a ajouté Mliswa.

Mugabe, qui a dirigé le Zimbabwe pendant près de 38 ans, a été forcé à quitter le pouvoir en novembre dernier après avoir cédé aux pressions militaires.

Depuis lors, il a rarement été vu en public et s’est adressé à quelques journalistes plus tôt cette année lorsqu’il a accusé son ancien vice-président et successeur, le président Emmerson Mnangagwa, de l’avoir détrôné de manière inconstitutionnelle.

 

 

 

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.