Modern technology gives us many things.

Ziguinchor : les pêcheurs basés au pont de Niambalang déclarés persona non grata.

 pêcheurs filetEntre les populations du village de Kaléane, dans l’arrondissement de Niassya (département de Ziguinchor) et les pêcheurs  étranger basés au pont de Niambalang sur la route d’Oussouye, ce n’est plus l’amour des grands jours. En effet, les pêcheurs sont priés de quitter la zone sinon les populations menacent de les faire partir de force. Ils sont accusés de pillage des ressources halieutiques et de destruction de la mangrove. A ces griefs, il faut ajouter la pratique non réglementaire de la pêche (filets non appropriés) et le non-respect de l’autorité du chef de village. Les pêcheurs semblent ne rien comprendre car ils déclarent avoir
respecté toutes les conditions imposées par les autochtones à savoir la préservation de la mangrove, l’utilisation de filets réglementaires et le repos biologique. Ils assurent également qu’entre eux et le chef de village de Kaléane il n’y a aucune insubordination, mieux encore,
ils déclarent travailler en parfaite collaboration avec l’autorité du village. Ce dialogue de sourd persistant mène tout droit vers le KO. Mais le projet « dynamique de paix en Casamance » s’interpose entre les deux parties et joue au médiateur. Une première médiation à déjà été tenue et une autre est prévue dans deux jours pour tenter d’arrondir les angles. Cette brouille entre pêcheurs et population autochtone montre à quel point les produits halieutiques sont devenus rares. Cette situation met les acteurs en conflit d’intérêt qui, si on n’y prend garde, risquent de mener tout droit vers une crise indésirable.  Parmi les pêcheurs incriminés, il y a des diolas, des sérères, des lébous et d’autres ethnies du Sénégal et de la sous-région. C’est donc tous les pêcheurs qui ne sont pas natifs de la zone qui sont sommés de partir.
Affaire à suivre.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.