Modern technology gives us many things.

Yakham Mbaye, l’homme de Macky, jugé au Soleil…

Installé le 21 décembre 2017 à la tête de la SSPP (Société Sénégalaise de Presse et de Publication) Yakham Codou Ndéné Mbaye plus connu sous le nom de Yakham Mbaye fait un travail remarquable apprécié par toute l’intelligentsia sénégalaise et tous les lecteurs de notre quotidien national.

UN MOIS DÉJÀ…ET DES ACTES CONCRETS…

Déjà, des changements et innovations majeurs sont apportés tant au niveau de la forme que du fond.

Au niveau de la forme, l’homme s’inspire certainement du conte de l’Isle chef de file de l’école parnassienne en mettant en exergue la beauté de l’art du journal Le soleil qui brille de par la clarté des écrits, des photos et un très bon dosage des couleurs.

Au niveau du fond, tous les intellectuels et hommes politiques apprécient la rupture profonde adoptée et affichée : celle de donner la parole à l’opposition d’exprimer en toute liberté et indépendance ses sentiments, opinions et idées sur la marche de notre cher pays, le Sénégal.

De Aïssata Tall Sall à Mamadou Diop Decroix en passant par Malick Gackou, tous apprécient le travail effectué par notre quotidien national allant même jusqu’à dire que ” le Soleil brille pour tout le monde ”

Le témoignage de Mamadou Diop Decroix, une des figures emblématiques de l’opposition dans le journal le soleil du 29 janvier dernier en est une évidente illustration.

En recevant le soleil Decroix dit ceci ” je voudrais tout d’abord vous avouer ma surprise de vous voir chez moi pour solliciter cette interview. Je n’ai pas eu l’occasion de lire des leaders de l’opposition sur les pages du soleil.

Si cette initiative est annonciatrice d’une rupture, je l’espère, je la salue tout en espérant qu’elle fasse tache d’huile ailleurs etc….”

Il est admis que ce travail est rendu possible grâce à un management participatif et inclusif que Yakham Mbaye a décliné le jour même de sa nomination sur les ondes de la RFM.

Puisant certainement dans les écoles littéraires comme le réalisme et le naturalisme d’Émile Zola et le parnasse de Le conte de l’Isle, le Soleil d’aujourd’hui se résume en ces termes : l’objectivité doublée d’une impartialité triplée d’une dose de scientificité et de beauté avec une conclusion didactique de Victor Hugo “L’art pour l’art est beau mais l’art pour le progrès est beaucoup plus beau ”

Seydou Diouf citoyen sénégalais et lecteur.

 

Les commentaires sont fermés.