Modern technology gives us many things.

Wade rayonne à Abidjan au Congrès des Avocats

wade bonne mine 1Me Abdoulaye Wade a partagé son expérience  ce mardi avec les jeunes avocats africains dont le congrès se tenait à Abidjan la capitale ivoirienne.      

Le deuxième congrès ordinaire de la Fédération Africaine des Associations et Unions des Jeunes Avocats (FA-UJA) s’est ouvert, mardi, à Abidjan, en présence de Me Abdoulaye Wade, ex-président du Sénégal qui est venu ‘’ partager son expérience’’ avec ses jeunes confrères.


‘’ Le jeune Avocat africain au service du développement de l’Afrique », tel est le thème des assises de ce congrès pour lequel Me Abdoulaye Wade, avocat de profession et ex-président de la République du Sénégal (1er avril 2000-2 avril 2012) a été sollicité pour la conférence inaugurale.

Bien avant, Me Mamadou Koné, Bâtonnier du Barreau ivoirien a salué le ‘’ téméraire et courageux » Me Wade, l’homme des ‘’ vérités et des compromis sans compromission » qui a accepté d’abreuver la génération actuelle d’avocats de sa ‘’riche » et ‘’ immense ‘’ carrière de défenseur des libertés.

En lieu et place d’une conférence magistrale, Me Wade a opté pour un bref exposé enrichi par ses expériences de jeune avocat de l’époque coloniale, suivi d’échanges avec ses filleuls.

Ainsi, tour à tour, il a expliqué aux congressistes, comment il a été le seul avocat à défendre le Front National de Libération (FNL) en Algérie en 1958, le Premier ministre sénégalais Mamadou Dia en conflit avec le Président Léopold Sédar Senghor, dans les années 70 et bien d’autres procès où nombre de ses confrères ont refusé de plaider.

‘’ Les jeunes avocats sont projetés au cœur de la tragédie sociale aujourd’hui. Là où, à notre époque, à la fin des études, l’administration coloniale donnait un pécule au jeune avocat pour son installation. C’était un prêt d’honneur qu’on ne remboursait pas », a déclaré Me Wadesoulignant, toutefois, que c’était l’époque des ‘’ tribunaux d’exception » qui nous demandait une bonne ‘’dose » de courage pour plaider.

C’est ce courage que reccommande le père de la ‘’démocratie sénégalaise » aux jeunes avocats. ‘’ C’est à vous qu’il appartient de faire avancer le droit, la défense des libertés dans le respect de la justice », a conseillé Me Abdoulaye Wade.

‘’ Le courage de l’avocat à défendre son client, ses idées, la vérité est déterminant dans la profession. Il n’y a pas de procès interdit pour l’avocat. Bien au contraire, il doit faire en sorte que l’opinion comprenne que son client est innocent, surtout dans un procès politique. Car on ne peut pas gagner un procès politique comme ça devant n’importe quel magistrat » a-t-il ajouté.

Pour Me Wade, dans un procès politique, l’avocat doit ‘’parler » à l’opinion et non au ‘’magistrat ». Dans un procès politique, affirme, encore, l’orateur, ‘’ le client connaît son sort avant le procès lui-même et donc c’est à l’avocat de faire admettre à l’opinion que son client est innocent ».

Selon Abdoulaye Wade, l’avocat, de par ses prises de position et son courage doit réussir à avoir l’estime des justiciables en résistant aux ‘’pressions des pouvoirs ».

Interrogé sur le sort de son fils Karim poursuivi pour détournement de fonds publics, Me Wade a déclaré que ‘’ la justice sera dite un jour car il n’a rien fait » soulignant que ‘’ son délit est d’avoir été le fils d’un président en Afrique ». Les travaux du 2ème congrès du FA-UJA prennent fin mercredi.

 

APA

 

Les commentaires sont fermés.