Modern technology gives us many things.

Wade ne suivra ni Senghor ni Diouf qui ont fui leur pays: Il s’oppose à Macky

Ces « personnages » dits de référence à qui l’on arrache quelques mots pour mieux nous manipuler

L’art d’appâter les petits esprits en fixant le décor et en passant aux affirmations qui ne sont pas des arguments et des démonstrations d’une personne de bonne référence. L’essentiel et le but pour ces charlatans est de donner un titre les qualifiant (profession) et une affirmation pour accréditer les thèses qu’ils avancent pour impressionner et amuser la galerie.
Dans cet entretien du Journal Enquête avec le professeur Mamadou Diouf, enseignant-chercheur à l’université Américaine de Colombia, dit-on, on nous livre ce titre : « WADE est irresponsable, Macky Sall décevant ». Ainsi, le décor est fixé pour préparer le lecteur à accepter sans broncher, les affirmations qu’il débite. Comme dans les contes de Mame Coumba (œuvre du Président SENGHOR et d’Abdoulaye SADJI), Leuk, le lièvre est présenté comme le plus gentil et rusé et Bouky, l’hyène le méchant et fourbe. Il ne reste plus qu’à mettre dans la narration tout ce que l’on veut et rien de plus ; même au prix d’arguments contradictoires et mensongers dans lesquels le lecteur ne verra que du feu nourri par la distribution des partitions de communication fomentées par les maîtres dans l’art de la manipulation, du dénigrement, de la haine et de la méchanceté gratuite.
Alors, dans, « Que la magie opère», ce monsieur associe le retour du Président WADE à des qualificatifs, « démagogie, populisme, irresponsabilité ». Au fait, que veulent-ils ? Le Président WADE a le droit et le devoir, en tant que Secrétaire Général du PDS (opposition), de par son statut et son expérience (ancien Président de la république) de donner son sentiment et sa vision de l’état du Sénégal après deux années d’absence. Ni l’âge, ni la volonté de sa comparaison avec ses prédécesseurs ne peuvent constituer des arguments valables ou des obstacles pour l’exclure de toute parole ou de retour dans son pays natal, le Sénégal. Le Président WADE a choisi un pays, le sien qu’il affectionne par sa culture, sa tradition, ses pratiques et son ambiance qu’il affectionne plus que tout autre confort solitaire de l’Europe qu’il fréquente par nécessité de travail ou pour toute autre motivation dont il a le secret (se rapprocher de ses petites filles en détresse). Il a été toujours clair pour tous, que le Président WADE ne saurait suivre les comportements de nos anciens présidents (SENGHOR et DIOUF) qui ont librement choisi de prendre de la distance avec leur peuple aussi bien dans leur gouvernance qu’après leur départ. Le Président WADE a été foncièrement Sénégalais, partageant nos peines (visites de présentation de condoléances) et nos joies (visites de courtoisie aux gens qui l’aiment, marabouts, amis, parents) et d’une manière générale, le quotidien de tous les Sénégalais. Il a manqué au peuple, voire le débat politique monotone, inexistant pendant son absence du pays; ce qui ne devrait pas prévaloir dans une démocratie vivante sans violence. Bien des personnes me confiaient que depuis le départ du Président WADE du pays, le monde Sénégalais s’ennuyait à en mourir ; pourquoi alors s’étonner que son retour soit triomphal, empreint d’émotion, de gaieté et d’espoir pour ceux qui se rappellent de son époque avec la circulation d’argent (confiance des opérateurs économiques), les grands travaux, l’intensité de la vie économique avec ses réalisations tout azimut. Oui, le peuple a été trompé et il a raison de crier haut et fort qu’il regrette son choix avec l’élection de Macky Sall qui lui propose pour ses enfants, les postes de gardiennage, d’agents de sécurité pour les titulaires du baccalauréat ou de licence au lieu de l’enseignement que leur proposait le Président WADE.
L’oubli ou la volonté de nous éloigner de nos cultures, dans lesquelles la personne âgée est un être d’expérience qui acquiert de la considération de son entourage au fur et à mesure qu’il avance dans le temps. Le Président WADE est ce père de famille de tous les Sénégalais qui a choisi de vivre parmi les siens pour nous apporter son expérience, sa sagesse et sa connaissance du monde qui sont bénéfiques pour toute l’Afrique. Nul ne peut égaler son maître même s’il est un simple instituteur et soi-même professeur. Aligner les petits délinquants (associations financées par l’étranger) et les diplômés sans culture générale (références autoproclamées, consciences du peuple) ne peuvent plus contribuer à détourner notre attention de l’essentiel qui est un bilan comparatif de ce qu’il ya deux ans et de ce qui existe aujourd’hui. On nous propose l’inversion des valeurs sous prétexte de justice dont on connait les contours et les suffisances que des sbires se proposent d’être les exécuteurs sans état d’âme ni réflexion ; alors que le glas sonnera comme un glaive au-dessus de leur tête.
Proférer des menaces et des conditions au retour du Président WADE au Sénégal est une forme d’incitation à Macky de procéder à l’irréparable quand il sait écouter ceux qui ne sont pas redevables de rendre compte un jour de son « œuvre » durant son magistère. Tout homme élu au poste suprême de la conduite d’un pays a le droit de s’entourer de conseillers de son choix mais il n’est nullement pas tenu d’exécuter à la lettre sans réflexion personnelle de toutes les suggestions qui lui auraient faites. Ainsi, la limite de la responsabilité des conseillers est bien évidente car à la première débâcle, ils disparaitront comme neige et sans laisser d’adresses.
Décréter selon l’auteur de cet article que le Président WADE « ne recherche que l’affrontement et la déstabilisation du pays » est un argument banalement effacé par les faits têtus qui augurent son accueil sans incidents partout au Sénégal depuis son arrivée du 23 avril 2014. On remarque que les adversaires politiques au Président WADE ne brillent que par leurs mépris factuels aux recommandations des références religieuses qu’ils essayent de rassurer par le verbe tout en adoptant des attitudes contraires à une paix civile. L’heure de la manipulation par le tout communicatif est révolue ; il suffit que les princes du château l’ouvrent pour que des commentaires les plus acerbes pleuvent sur leurs propos. Et nous voyons que leurs réactions se focalisent sur les tentatives de victimisation qui est un comportement de petites gens qui oublient qu’ils ont laissé des traces et preuves (écrits, voix radiophoniques et télévisuelles) qu’ils croient oubliées par les personnes victimes de leurs injures et de leur manque de respect envers les autorités religieuses.
Vouloir que les Sénégalais ne suivent pas le Président WADE pour « marquer une rupture » recommande l’auteur, c’est nous prendre encore et à nouveau pour des imbéciles qui n’attendent que le signal des messies pour agir, comme ce fut du temps de Jules Souleymane DIOP quand il accusait le Président WADE de tous les forfaits dont il évite de témoigner aujourd’hui devant le Comité de justice politique. Toutes les tentatives de décrédibiliser le Président WADE seront menées avec leurs nouvelles formes de mensonges, comme ce compte rendu de sa visite à Guédiawaye où dit-on, il a remis une enveloppe de 5 millions ; en quelles coupures et dans quelle enveloppe ? Comme s’il s’agissait d’un distributeur automatique de billets de banque. Enfin, méfions-nous et ne tombons plus dans ce piège cynique et pervers qui nous a tant fait de mal.
Plus que jamais, chers compatriotes, admettons que le Président WADE a été notre Président qui veuille vivre parmi nous tout en assumant son rôle dans un parti qu’il avait créé et qui l’a porté au pouvoir avec la contribution de milliers de Sénégalais. Il ne s’agit donc pas, d’une arnaque ; la création de ce parti, mais bel et bien d’un projet de société, d’une vision, de la conduite d’un pays qui sont des fondements qui doivent perdurer même au-delà de sa personne physique. Pourquoi délaisser un parti politique quand il ne peut plus vous servir ? N’est-ce pas la marque d’un manque de respect vis-à-vis de ceux qui vous ont fait confiance. Et c’est cet état d’esprit que refuse et rejette le Président WADE tant qu’il vivra et aura la force de nous apporter son expérience et sa vision.
Vive le Président WADE, vive le multipartisme et la démocratie qu’il nous a légués pour que nous soyons des hommes et des femmes adultes libres qui pensent et agissent par eux-mêmes, loin des recommandations et les injonctions des pourvoyeurs de légionnaires qui n’œuvrent que pour les intérêts de leur pays.
Mané Moussa de la Cellule de Communication ASS-Kaw

Les commentaires sont fermés.