Modern technology gives us many things.

Wade lance un signal très fort aux libéraux

wade 5Principal parti d’opposition, à la tête de la coalition de l’opposition ”Boolo Taxawu Askanwi”, le Parti démocratique sénégalais (PDS) a décidé de se radicaliser et de porter un combat frontal contre la majorité. C’est “le discours d’Abidjan”. L’idée était agitée depuis la deuxième mise en demeure adressée à Karim Wade par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), à la mi-octobre 2013, pour justifier l’origine de sa fortune supposée. Divisés en deux camps, – faucons et colombes -, les premiers semblent avoir gagné, car depuis les premiers mois qui ont suivi le début de la traque des biens mal acquis, ils avaient plaidé pour ”une opposition sans complaisance” au régime du président Macky Sall. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le discours de plus en plus dur des députés PDS au Parlement et la recherche tous azimuts de nouveaux alliés. Alors, la faction la plus radicale des responsables du PDS a trouvé un soutien de taille dans le développement de cette stratégie avec Me Wade lui-même qui, depuis Abidjan, leur a adressé des signaux très clairs. Invité à donner une conférence par l’Association des jeunes juristes africains, l’ancien président a dénoncé les accusations portées contre son fils et assuré qu’elles ”ne mèneront à rien”. Mais il a surtout fait un clin d’œil aux responsables de son parti et aux derniers irréductibles du PDS. ”Il ne pense qu’a son fils !” Depuis sa perte du pouvoir, c’est la première fois qu’il est aussi proche du Sénégal, après des séjours en Ouganda et à Dubaï, après une longue retraite française, à Versailles. Il a en profité pour inviter de hauts responsables libéraux qui lui sont restés fidèles et à qui, selon nos sources, il a demandé ”la remobilisation des troupes” en attendant son retour.

Les commentaires sont fermés.