Modern technology gives us many things.

Voici l’homme qui gère notre visa : un ex ministre ivoirien mêlé dans plusieurs scandales

adama bictogoAdama Bictogo a décroché le jackpot. L’Ivoirien s’est vu attribué le très juteux marché des visas biométriques qui a fait l’objet de toutes les convoitises et de lobbies de plusieurs hommes d’affaires. Finalement, c’est la société SNEDAI, a décroché le gros lot. Pendant dix ans, elle va empocher 16.250 F Cfa sur chaque visa attribué à un étranger pour entrer au Sénégal.

 

Comment M. Bictogo est-il parvenu à convaincre les autorités sénégalaises de lui filer un marché aussi juteux et aussi stratégique ? Nous donnons nos langues au chat. Pour le moment!

En revanche, il faut relever qu’Adama Bictogo reste un personnage politique et homme d’affaires très controversé dans son propre pays, la Côte d’Ivoire, où il a quitté ou (démis) à deux reprises de postes qu’il a occupé.
D’abord, c’est avec son «ami» Guillaume Soro. Alors PM, M. Soro avait fait de lui, son Conseiller diplomatique. Mais, le  14 novembre 2007, il rend sa démission en invoquant des «raisons personnelles».

La presse ivoirienne, elle, impute son départ à l’application des sujets sensibles relatifs aux accords de Ouagadougou. Le cabinet de Guillaume Soro lui reprochait de partager souvent les thèses développées par le ministre de l’Intérieur, Désiré Tagro, sans occulter son «absentéisme». Alors que Adama Bictogo ne cachait plus ses divergences avec Soro sur les accords.

Entré au gouvernement avec l’accession de Alassane Dramane Ouattara au pouvoir, Adama Bictogo sera à nouveau contraint de le quitter. Il est rattrapé par l’affaire des déchets toxiques déversés à Abidjan par la société Trafigura. Alors qu’il justifie sa démission par le souci de mettre à l’aise la justice, la presse met plutôt en avant l’agacement du Président Ouattara face à la forte pression des populations exigeant son arrestation, tout comme  Koné Cheick Oumar, patron du cabinet juridique Konéco et président de l’Africa Sport, Claude Gohourou, président de la Coordination des victimes de déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Cndvt-Ci) et d’autres personnes accusées d’avoir détourné la somme de 4,658 milliards F. Cfa destinés à indemniser 6624 victimes des déchets toxiques.

Dans un rapport, la police a découvert que sa société avait perçu 600 millions de F CFA par l’entremise de ses hommes de main. Ceux-ci ont déclaré aux forces de l’ordre, lors de l’enquête diligentée par le parquet d’Abidjan-Plateau, que cette somme d’argent est destinée à la rémunération de la mission de facilitation d’Adama Bictogo entre la Cndvt-Ci et le cabinet d’avocats anglais Leight day and Co, représentant la société Trafigura, pollueuse des populations abidjanaises en 2006.
Mais l’enquête policière a démontré qu’Adama Bictogo a eu un trop perçu de 600 millions F Cfa au lieu de 56 millions F Cfa qu’il devrait recevoir sur les 22,5 milliards F Cfa de dédommagement de toutes les victimes au terme du processus.
Toutefois, malgré ce scandale politico-judiciaire, Bictogo sera blanchi.

Il tente alors de poursuivre ses ambitions politiques en briguant un mandat au Conseil municipal d’Agboville. Il sera battu avec 2000 voix d’écart par N’Cho Acho Albert.  

 

 

 

Les commentaires sont fermés.