vietnam général giapC’était l’un des plus importants stratèges militaires de l’Histoire, avec un grand H. Le général Vo Nguyen Giap, artisan de la débâcle française à Dien Bien Phu en 1954 et de la défaite américaine à Saïgon 19 ans plus tard, est décédé vendredi à l’âge de 102 ans. Le décès de ce véritable héros militaire de l’indépendance vietnamienne a déclenché une pluie d’hommages. Dernier dirigeant historique du Vietnam communiste encore en vie, Giap était une des figures les plus célébrées du pays après le fondateur du Parti communiste du Vietnam Ho Chi Minh qu’il avait rencontré en Chine après avoir fui son pays à la fin des années 1930. «Je peux confirmer que le général Giap est mort à 18H08» (13 heures à Paris), a indiqué un responsable gouvernemental sous couvert d’anonymat. Une source militaire a confirmé son décès à l’hôpital militaire 108 de Hanoï où il était soigné depuis trois ans, tout comme le site officiel d’informations VNExpress. «Le corps du général Giap a été transporté (…) à la morgue de l’hôpital avec une garde d’honneur pour lui rendre hommage», a précisé le site. Avant même l’annonce officielle de sa mort, et malgré sa mise à l’écart par le régime ces trente dernières années, les messages de condoléances de Vietnamiens en deuil inondaient l’internet. «Repose en paix, héros du peuple. Tu seras toujours notre plus grand général», a notamment écrit un internaute sur Facebook. «J’espère qu’il y aura un jour de deuil national. C’est une figure respectable qui a beaucoup contribué à notre nation vietnamienne», a ajouté un autre. Aucun détail sur ses funérailles n’a été dévoilé. L’un des plus grands stratèges militaires de l’Histoire «L’influence et le nom du général Giap sont allés bien au-delà du territoire du Vietnam. Il a inspiré des mouvements de résistance à travers l’Asie et l’Afrique, surtout en Algérie», selon l’historien Phan Huy Le, qui le considère comme «un des stratèges militaires les plus talentueux». Giap, autodidacte formé à coups de lectures, avait réussi grâce à ses tactiques à défaire aussi bien les Français que les Américains. En 1954, il avait ainsi infligé dans la «cuvette» de Dien Bien Phu (nord-ouest) une cuisante défaite aux troupes françaises, événement fondateur de l’émergence d’un Vietnam indépendant et de la fin de la domination française en Indochine. Et pendant les vingt années qui avaient suivi, ce fils de paysan lettré, à la maîtrise impeccable du français, avait continué de diriger ses troupes pendant la guerre du Vietnam contre les Américains et leurs alliés du Sud-Vietnam, jusqu’à la prise de Saïgon le 30 avril 1975. Une carrière politique brisée En 1975, il n’était déjà plus chef de l’armée du Nord-Vietnam communiste et, en conflit ouvert avec le numéro un du régime Le Duan, il avait ensuite été petit à petit écarté du pouvoir. En 1982, il avait été exclu du bureau politique du Parti. S’il avait conservé son rang de vice-Premier ministre, il était chargé des Sciences, des Technologies et du Planning familial. Il avait finalement été évincé du comité central du Parti en 1991. Malgré tout, la popularité du général qui n’hésitait pas, même à plus de 90 ans, à dénoncer les travers du régime, notamment la corruption, reste indiscutable, en particulier chez les jeunes.

PARTAGER