Modern technology gives us many things.

VIDEO. Samuel Sarr : ‘’les grands projets qui changent le destin d’un peuple ne profitent jamais aux Bâtisseurs’’

samuel sarr 2« Le travail est le pain nourricier des grandes nations. » de Mirabeau

Nul ne peut effacer l’histoire !!!
À la fin de l’année 2009 avec l’ensemble des actes que nous avions posés sous l’égide de Grands Bâtisseurs comme Abdoulaye Wade, ATT, Mohamed Merzoug, nous avions démontré à la face du monde que L’OMVS était  une organisation solide et exemplaire. Qui en dépit du contexte mondial de crise est parvenue à mobiliser des ressources financières importantes pour l’ensemble de nos projets hydroélectriques et autres. Nous avions eu à recadrer l’action de l’organisation à travers une nouvelle architecture programmatique qui se déclinait sous forme de 4 casiers :
– Le premier casier était un investissement massif planifié et dans les aménagements structurants, avec leurs financements mobilisés. On avait fait Félou, et nous allions lancer les travaux des barrages de Gouina en 2013 et en 2015 Koukoutamba. Ceci permettra de triplé le productible d’énergie actuel de Manantali.
– Le deuxième casier, s’agissait d’assurer une massification des flux et des échanges et de la mobilité spatiale tout autour du bassin du fleuve Sénégal par une valorisation du transport mais en utilisant une nouvelle approche. C’est la multi modalité du transport et de la mobilité dans le bassin du fleuve. Ce qui permettra une communication entre fleuve et mer à travers le port fluviomaritime de Saint-Louis.
– le troisième casier consistait à une volonté de permettre un bon rapport entre transport fluvial et terrestre à travers des mailles (Diama – Rosso, Manantali – Maïna). De l’autre côté du bassin, la partie haute (la partie guinéenne), c’est la dorsale Labé – Togué – Diguiraye – Siguiri qui permettra l’accès aux ouvrages prévus en Guinée dans le haut bassin. Mais aussi cela permettra de se connecter dans la partie navigable du fleuve Niger.
– le quatrième casier consistait à lancer le programme d’action régionale pour l’amélioration des cultures irriguées en plus des actions conduites à une échelle moyenne et micro territoriale.
Notre conviction était,  qu’il était indispensable que l’Omvs permette aux populations de bénéficier au mieux des effets induits par ses grands aménagements. Et, nous savions qu’elles ne pouvaient pas les faire seules, il fallait les aider. C’est à cette préoccupation que répondait le programme de gestion intégrée des ressources en eau et de développement des usages à but multiple du fleuve Sénégal sur 10 ans. Il s’agit d’impulser les secteurs productifs et marchands notamment l’agriculture, l’élevage, le maraîchage, l’agroforesterie et la pêche. Il y a d’autres actions en direction des populations.

Il faut savoir assumer devant l’histoire et devant les populations pour les générations futures, la paternité des différents projets que nous avions initiés et obtenus le financement.

 » Les grands projets structurants et les réformes qui changent la face d’un pays et le destin d’un peuple ne profitent jamais aux Bâtisseurs  »

Samuel A. Sarr
Ancien Ministre d’Etat
Almadies, Dakar

 

Les commentaires sont fermés.