Modern technology gives us many things.

« Vava » ne veut pas de Makhtar Mbow

daouda fayeEl Hadji Daouda Faye «Vava» n’apprécie la démarche entreprise par la Commission nationale de la réforme des institutions (CNRI). Face à la presse hier, lundi 24 juin 2013, le secrétaire général du parti écologiste libéral a déclaré que la CNRI devrait plutôt initier des concertations qui seront par la suite soumises au président de la République, au lieu de réfléchir déjà sur les futures institutions.

 

Réformer les textes qui régissent les institutions est une nécessité, dixit El Hadji Daouda Faye «Vava» qui faisait face à la presse hier, lundi 24 juin 2013. Surtout soutient le secrétaire général du Parti écologiste libéral, après les changements intervenus sous l’ère Abdoulaye Wade, ayant conduit à beaucoup de difficultés.

Toutefois, l’ancien vice-président du Sénat, a estimé qu’il y a eu problème de casting notamment au niveau de la présidence de  la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI) qui est confiée au Pr Amadou Makhtar Mbow. «Il ne faut pas entacher sa crédibilité. Après tout ce qu’il a fait pour son pays, on doit le laisser se reposer. On ne devrait pas l’exposer à des contestations comme c’est le cas aujourd’hui. D’autant plus que Sérigne Diop, plus jeune, avec une certaine expérience pourrait faire l’affaire», soutient «Vava» qui s’est empressé de préciser que si le «Pr Mbow estime être capable, il n’a qu’à poursuivre son travail (sic)».

Mieux, l’ancien ministre des Sports a soutenu que la «CNRI devrait être recadrée». «Je n’ai pas encore vu la lettre de mission. Je pense qu’elle devrait plutôt réfléchir et faire de propositions au Chef de l’Etat. Mais, elle ne peut se permettre de recueillir les avis des uns et des autres pour ensuite trancher», indique-t-il.
«Tel que c’est parti, on ne va pas dans la bonne direction. Les Assises nationales est une page tournée. C’était juste une tribune pour certains partis politiques qui n’avaient plus de cadre d’expression après avoir boycotté les élections», martèle «Vava». La CNRI a initié une large concertation avec les partis politiques, boycottée par le PDS, rappelle-t-on.

«Le PDS voulait juste se débarrasser de Macky Sall» avec la loi Sada Ndiaye

Entrant dans les recommandations, El Hadji Daouda Faye, dira : «qu’il ne faudrait pas exclure le retour du Sénat qui est une émanation des Collectivités locales. Il faut aussi harmoniser les mandats des élus. C’est une anomalie que le Président de l’Assemblée nationale n’ait pas le même mandat que les membres du bureau».  A la question de savoir pourquoi n’a-t-il pas soulevé un tel débat avec la fameuse loi Sada Ndiaye ? El Hadji Daouda Faye répond : «Cette loi avait un objectif. Le PDS voulait juste se débarrasser de Macky Sall. Il faut arrêter ce cirque ! Il faut mettre tout le monde sur les mêmes pieds. C’est ça l’orthodoxie. C’est ça l’équité et l’égalité».

Et d’ajouter : «le Sénégal est le seul pays au monde où on dispose d’une Cour suprême et d’un Conseil constitutionnel. Rien ne devrait être au dessus de la Cour suprême». «Il ne faut pas qu’il y ait de demi-mesure. Il faut carrément régler les problèmes. Wade a été un “bâtisseur“, il faut que Macky soit un “réformateur“».

Le report des élections locales est une évidence

Contrairement à Ousmane Tanor Dieng qui soutient que le calendrier électoral sera respecté en perspective des élections locales prévues en juillet 2014, El Hadji Daouda Faye estime que cette échéance ne sera pas respectée. «Le report des élections locales est une évidence. La CNRI s’est donnée six mois, mais je vois pourquoi on devrait aller aux élections alors qu’on n’a pas fini de réformer. Ça ne sert à rien. Il faut finir de réformer avant d’aller aux urnes», fait-il remarquer.

Les commentaires sont fermés.