Modern technology gives us many things.

L’ancien DG du quotidien ‘Le Soleil’, Mamadou Sèye, en prison pour avoir détourné 500 millions CFA

mamadou seyeL’ancien directeur général du quotidien Le Soleil, Mamadou Sèye, est en prison depuis vendredi pour ‘’détournements de fonds’’, a-t-on appris de bonne source.

M. Sèye est mis en cause dans un rapport de la Cour des comptes (2004-2007) sur sa gestion du quotidien national. Il aurait passé des marchés ‘’en violation de toutes les règles de transparence’’.

Il aurait été mis en cause dans le détournement de deniers publics portant sur 500 millions F CFa

Journaliste proche de l’ex-président Wade, M.Sèye est mis en cause dans un rapport de la Cour des comptes (2004-2007) sur sa gestion du quotidien national. Il aurait passé des marchés ‘’en violation de toutes les règles de transparence”.

En 2009, il avait été démis de ses fonctions qu’il occupait depuis 2005, à la suite d’une paralysie des activités du quotidien national provoquée par la grève des travailleurs qui réclamaient des arriérés de salaires.

Selon le rapport de la Cour des comptes 2004-2007, la gestion du Soleil n’a pas été vertueuse du fait que la situation financière du groupe a connu une baisse de ses principaux indicateurs financiers. En clair, le chiffre d’affaires a connu une chute de 20 à 42% entre 2004 et 2007, s’expliquant notamment par la baisse drastique des abonnements et des recettes.

Les difficultés de recouvrement des créances au Soleil avaient influé négativement sur la trésorerie de l’entreprise. Le montant des créances sur les entreprises publiques était de plus de 461 millions en 2004 ; 415 millions en 2005 et 465 millions en 2006. Ensuite, Le Soleil a fait face à d’importants engagements financiers auprès des banques commerciales, de l’Etat et du personnel.

L’endettement global du journal avait connu une hausse de 78%, passant de 3,47 milliards à 6,18 milliards de francs de 2004 à 2007.

Le document de la Cour relève que la transaction commerciale portant sur près de 104 millions a été menée avec beaucoup de légèreté de la part de la Direction Générale.

Des irrégularités relatives à la commande d’une imprimerie numérique ont été aussi décelées. Ce marché d’un coût de 235 millions est un marché par entente directe qui n’a pas été autorisée par la commission nationale des contrats de l’administration.

Les commentaires sont fermés.