Modern technology gives us many things.

Une société tanzanienne accusée d’avoir vendu de faux antirétroviraux

Le ministère tanzanien de la Santé a accusé vendredi une société locale privée d’avoir vendu de faux antirétroviraux à la centrale nationale d’achat de médicaments, mais n’a pas encore la certitude que la livraison ait été fabriquée dans l’usine de la compagnie.


faux médicamentAncienne propriété de l’Etat, la Tanzania Pharmaceutical Industries (TPI) Ltd est aujourd’hui une société privée.

Dans un communiqué en langue swahili, le ministère souligne que, selon ses enquêtes, « la société TPI Ltd a vendu aux Stocks généraux des médicaments (Medical Stores Department – MSD) de faux médicaments ». Ces faux antirétroviraux avaient été déjà utilisés par des malades, selon des sources au ministère.

« Nous voulons insister sur le fait que le ministre » de la Santé, Hussein Mwinyi, « n’a pas démenti que la société TPI Ltd ait vendu de faux médicaments à MSD mais qu’il a expliqué au contraire que l’enquête préliminaire dans l’usine de cette société n’avait pas montré que ces médicaments avaient été produits par TPI Ltd », indique le communiqué.

Mais, selon le texte, « les pièces comptables prouvent que TPI Ltd a vendu à MSD ces faux médicaments. Les organes de sécurité poursuivent leur enquête sur l’affaire pour déterminer l’origine et les vrais fabricants de ces faux médicaments », ajoute le communiqué du ministère de la Santé.

Selon une enquête réalisée sur la période 2011-2013, le taux de séroprévalence est de 5,1 % pour la population tanzanienne de 15 à 49 ans, les femmes étant les plus touchées avec un taux de 6,2 %. Toujours selon cette étude, le taux a reculé par rapport aux années précédentes.

Les malades dépistés bénéficient gratuitement de la thérapie par antirétroviraux (ARV) en Tanzanie.

 

Les commentaires sont fermés.