Modern technology gives us many things.

Une étudiante bissau-guinéenne condamnée à 10 ans de travaux au Sénégal

prisonniersLa Cour d’assises de Ziguinchor (Sud) a condamné, jeudi, Fatoumata Buaro, une étudiante bissau-guinéenne à Lisbonne, à 10 ans de travaux forcés pour trafic international de cocaïne, a constaté l’agence de presse sénégalaise.

Mlle Buaro, âgée de 25 ans, devra aussi payer une somme de 40 millions de francs CFA au titre de dommages et intérêts. La cour a par ailleurs ordonné la confiscation et la destruction de la drogue saisie.

Les faits remontent au 11 février 2011 au poste frontalier de Mpack. Des éléments de la brigade régionale des stupéfiants de Ziguinchor ont trouvé à la suite d’un contrôle de routine, un sac de couleur noire contenant de la cocaïne d’un poids de 257 g, sur un véhicule en provenance de la Guinée-Bissau.

Le sac incriminé appartenait à Fatoumata Buaro,étudiante à Lisbonne (Portugal), de retour de vacances.

Interrogée par les enquêteurs, elle a déclaré être la victime des agissements d’un certain Mamadou Lamine qui lui aurait chargée de remettre le sachet à son frère Diaby établi en Portugal.

Fatoumata Buaro prétendait n’avoir ni vérifié ni connu le contenu dudit sachet qu’elle avait accepté de convoyer. A la barre, elle a réitéré les mêmes déclarations.

L’accusée a également nié catégoriquement avoir fait chanter les policiers pour obtenir des faveurs. Elle a demandé la clémence de la cour, en soutenant qu’elle ignorait le contenu du sachet incriminé.

Le représentant du ministère public a estimé que la drogue est aujourd’hui devenue un fléau qui menace dangereusement la sécurité des pays de la sous-région. A ce titre, Abdou Khadre Diop a souligné qu’il faut apporter une réponse rigoureuse face aux trafiquants de drogue.

Le magistrat a requis 10 ans de travaux forcés et une amende de 40 millions de francs CFA contre Fatoumata Buaro.

Il a estimé que les faits reprochés à l’étudiante bissau-guinéenne sont établis par les éléments objectifs du dossier. ”L’innocence qu’elle a montrée à la barre n’est qu’une manière de tromper la cour”, a-t-il estimé.

”Elle a dit de façon objective comment les faits se sont déroulés. Si elle connaissait le contenu du sachet,elle n’aurait du certainement pas pris le risque de le transporter” lui a rétorqué Me Malal Barry de la défense.

L’avocat a reconnu que sa cliente a commis une faute grave. Mais, il a demandé à la cour de la juger humainement.

Me Ibrahima Sarr, qui assurait aussi sa défense, a demandé à la cour de prendre en compte sa jeunesse. Il a demandé de lui accorder beaucoup de clémence et de lui tendre une perche, afin qu’elle puisse poursuivre ses études au Portugal.

La cour n’a pas tenu compte la requête de la défense, puisque Fatoumata Buaro a été condamnée à 10 ans de travaux forcés. Elle devra aussi payer une amende de 40 millions de francs CFA au titre de dommages et intérêts.

Les commentaires sont fermés.