Modern technology gives us many things.

Un sénégalais pris avec des faux papiers déféré en prison avant le rapatriement

L’envers de l’immigration en France. Un Sénégalais vient d’être condamné en France à deux mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt et d’une interdiction d’entrer en France de deux ans. A sa sortie de prison, il sera rapatrié au Sunugaal. Voilà comment débute son histoire racontée par «lejsl.com». Lundi 17 novembre, aux alentours de 11 h, un Sénégalais de 29 ans, se présente à la secrétaire de mairie de Louhans, pour obtenir un passeport. Il sort un permis de conduire, un certificat de nationalité, un extrait d’acte de naissance et une facture Edf à son nom et sur la commune. Sauf que la secrétaire tique : les documents administratifs sont des faux grossiers et la facture a la même adresse qu’une maison de retraite… Elle donne l’alerte et l’homme est interpellé vers midi par les gendarmes, à la gare Sncf.
Il fera donc tout le circuit judiciaire jusqu’à son procès avant-hier au cours duquel sa vie a été déballée. Arrivé à Paris, en 2010, le Sunugaalien travaille au noir, vend des ‘Tours Eiffel’ à la sauvette sur le Trocadéro… Pour se soustraire à la police et éviter de se faire expulser, il donne une fausse identité ou se trouve une nouvelle date de naissance. Quant à ses faux papiers, il explique avoir rencontré quelqu’un à Barbès, un quartier de Paris. Pour le passeport, il ne reste plus qu’à aller à Louhans. À l’époque, le Sénégalais n’aurait pas pensé que ces papiers étaient faux. Lors de ce procès, le prévenu finit par péter les plombs et dire qu’il en a marre de la France, qu’il veut partir : «Moi, j’ai dormi dans les cuisines, dans les escaliers. Il y a des jours où je ne faisais pas un euro pour vivre. Je suis en galère ici». Quant à son avocat Me Ronfard, il a tenté d’obtenir la clémence du tribunal en plaidant qu’«il a été naïf, il a été victime de réseaux bien établis. Il m’a raconté être le seul de sa famille à être parti. Il était venu chercher quelque chose qu’il n’a jamais trouvé». Alors sera-t-il heureux de rentrer au bercail ?

Les commentaires sont fermés.