Modern technology gives us many things.

Un rapport alimente la thèse d’un empoisonnement de Yasser Arafat

arafatC’est un nouvel épisode primordial dans le mystère qui entoure la mort de Yasser Arafat. La chaîne qatarie Al-Jazeera relaie, mercredi 6 novembre, le rapport de scientifiques suisses selon lequel l’ancien leader palestinien, mort en 2004, a été victime d’un empoisonnement au polonium.

“Les résultats soutiennent modérément l’hypothèse que la mort a été la conséquence d’un empoisonnement au polonium-210”, selon le rapport du centre universitaire romand de médecine légale de Lausanne-Genève. Les chercheurs suisses, qui évaluent la fiabilité de leurs conclusions à 83%, expliquent avoir “mesuré des activités de polonium-210 dans les os et les tissus [de Yasser Arafat] qui étaient jusqu’à 20 fois supérieures aux références de la littérature”.

Une soixantaine de prélèvements ont été effectués le 27 novembre 2012 dans la tombe du dirigeant historique palestinien à Ramallah, en Cisjordanie, puis répartis pour analyse entre les trois équipes d’enquêteurs, suisse, française et russe. Les rapports des équipes suisse et russe ont été remis aux dirigeants palestiniens, selon des sources officielles palestiniennes, sans indication sur leurs conclusions.

L’agence officielle palestinienne Wafa a rapporté mardi 5 novembre que l’Agence fédérale d’analyses biologiques russe avait remis son rapport le 2 novembre, précisant que les conclusions en seraient rendues publiques ultérieurement.

Ce que sous-entend la thèse de l’empoisonnement

Yasser Arafat est mort à 75 ans le 11 novembre 2004 à l’hôpital militaire de Clamart, en région parisienne. Il y avait été transféré avec l’accord d’Israël, qui assiégeait depuis plus de deux ans la Mouqataa, siège de la présidence palestinienne à Ramallah. Les causes de sa mort n’ont pas été élucidées, et beaucoup de Palestiniens accusent Israël, qui a toujours nié, de l’avoir empoisonné.

Cette thèse a été relancée par la diffusion en juillet 2012 d’un documentaire d’Al-Jazeera révélant des quantités anormales de polonium sur des effets personnels de Yasser Arafat, confiés par sa veuve à la chaîne qatarie, qui les a fait analyser par un laboratoire suisse.

“Il s’agit d’un vrai crime, d’un assassinat politique”, a martelé Souha Arafat mercredi à Reuters, après avoir reçu le rapport suisse. Ce document “confirme tous nos doutes, a-t-elle ajouté après avoir rencontré les experts suisses. Il est scientifiquement prouvé qu’il n’est pas mort de mort naturelle et nous avons la preuve scientifique que cet homme a été tué.”

Souha Arafat n’accuse aucun pays ou individu en particulier, mais souligne que le leader historique de l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP), qui signa en 1993 un accord de paix intérimaire à Oslo avec Israël, mais mena ensuite une révolte en 2001 lorsque d’autres pourparlers échouèrent, avait beaucoup d’ennemis.

Les commentaires sont fermés.