Modern technology gives us many things.

Un Prix Nobel de l’Economie prône une “approche plus large” contre la faim

faim 1Une approche plus large est nécessaire si on veut combattre la faim au niveau mondial, a estimé le Prix Nobel de l’Economie 1998, Amartya Sen, ajoutant qu’éradiquer la faim va bien au-delà de l’augmentation de la production alimentaire.

“Si le monde veut vaincre la faim, il doit s’attaquer à toutes ses causes simultanément, en particulier à la pauvreté, et sans se focaliser simplement sur l’augmentation de la production alimentaire”, a fait remarquer M. Sen, cité par un communiqué de la FAO.

Selon l’économiste, l’une des principales causes de la faim dans le monde où elle persiste est due à une pauvreté accrue, malgré la prospérité croissante actuelle.

«Mais la pauvreté peut être aggravée par des problèmes de production, en partie imputables à une offre alimentaire inférieure à la demande tendant à accroître le prix des denrées alimentaires, ce qui paupérise davantage de nombreuses familles à revenus déjà faibles», a ajouté Amartya Sen.

Le Prix Nobel de l’Economie a fait remarquer que les degrés de la faim et de la sous-alimentation sont différents au sein d’un même pays, d’une même communauté, ou d’une même famille. Analysant les causes de la faim, il a ajouté que les gouvernements devront prendre en compte «les normes sociales et les conventions de distribution établies» surtout entre hommes et femmes, entre garçons et filles.

Amartya Sen a rappelé que l’Afrique, contrairement à l’Asie, ne connaît pas une augmentation régulière des denrées alimentaires disponibles par habitant. Sur le continent africain, la production alimentaire par habitant avait augmenté de seulement 4 % en 2011 par rapport à 2004-2006, et reculé de 2 % en 2010.

«Il est donc juste d’accorder de l’importance aux initiatives qui favorisent l’augmentation de la production alimentaire en Afrique plus vigoureusement qu’auparavant», a-t-il ajouté.

Le Prix Nobel a exhorté les pays africains à envisager de diversifier leurs économies, y compris par l’industrialisation.

Il a ainsi précisé: «Pour la stabilité et la sécurité économiques à long terme de l’Afrique, la diversification économique est cruciale. Il n’y a absolument aucune raison de penser que les Africains ne sauraient mener à bien l’industrialisation de leur économie. Conserver cette vision des choses, telle un critère immuable, s’apparente presque, je le crains, à une forme étrange de racisme».

Surmonter les conflits civils et militaires, élargir la gouvernance démocratique et développer des institutions de marché comptent parmi les autres conditions nécessaires pour mettre un terme à la faim en Afrique.

«Les politiques gouvernementales doivent aussi couvrir le développement des soins de santé, des installations pour le planning familial, d’une éducation de base, surtout des femmes, et des dispositions en matière de sécurité sociale», a insisté Amartya Sen.

Les commentaires sont fermés.