Modern technology gives us many things.

Pape Saër GUEYE, rongé par une haine viscérale de trois décennies

A travers des délires macabres largement diffusés dans certains sites d’information, Monsieur GUEYE s’est jeté dans la gueule du loup, en cherchant à entacher l’honorabilité d’un honnête citoyen.

Dans une incohérence puérile, indigne même d’un élève de CM2, tu as cherché, mensonges et haines en bandoulières, à reconstruire honteusement, plus de trois décennies de défaites, de suivisme et de lâchetés indescriptibles.

Je te comprends bien, tu cherches à montrer que tu mérites amplement ta nouvelle fonction de « porteur de sac »  du tout jeune « Karimiste » et que FADA serait une bonne cible, mais tu as tout faux.

Je tiens à rappeler qu’au YEESAL, les débats de personne ne nous intéresse point, vous ne verrez jamais un militant de notre formation politique insulter, calomnier ou diffamer, tout ce qui nous intéresse c’est d’avoir une bonne formation pour instaurer dans notre cher pays un débat de  programme afin que les insulteurs à gage comme toi puissent disparaitre de la scène politique.

Raison pour laquelle, je ne cracherai pas du venin comme toi, mais je ferai quelques précisions sur certains de vos propos diffamatoires qui ont attiré mon attention.

Dans ton sinueux texte dépourvu de cohérence, j’ai pu déceler ta lâcheté, ton impuissance et ta jalousie face au leadership naturel du Président FADA. Il apparait clairement que ce dernier fut un frein constant à ton ambition démesurée, parce que du MEEL à l’UJT, en passant par la Faculté des Sciences et Techniques que vous avez partagé, sans oublier votre KEBEMER natal, il t’a toujours dirigé.

A la Faculté des Sciences, au moment où tu as épuisé tes « cartouches » et rentré chez toi, FADA a franchi tous les paliers avec les honneurs jusqu’au DEA, avant d’être exclu à cause de son engagement politique aux côtés du grand opposant au régime d’Abdou DIOUF. Il fut un leader naturel dont se souviendra le mouvement étudiant, au moment où ton passage à l’UCAD n’a laissé aucune trace, je comprends donc ta souffrance.

Oui, le Président FADA avait acheté sa carte de membre dans la chambre que tu partageais avec quelqu’un dont je me garde de dévoiler l’identité. D’ailleurs ton nom n’a jamais figuré ni dans le bureau du MEEL, encore moins celui des jeunes, donc tu ne représentais absolument rien et ne disposais d’aucune position qui te permet de bomber le torse.

En arguant que FADA avait changé les règles du jeu durant la compétition devant aboutir à la désignation du secrétaire national de l’UJT, tu me réconfortes dans mes pensées. En réalité, tu n’es qu’un ignorant aux idées farfelues, parce que la limite d’âge dont tu fais allusion découle fondamentalement de la volonté du parti, et que celui que tu accuses à tort n’assurait que la mise en œuvre.

En voulant jeter le discrédit sur son élection à la tête de l’UJT, tu viens de démontrer la compétence, l’expertise et les capacités managériales de ce dernier, car, il faut le dire, réussir à se hisser à la tête de cette structure du PDS à l’époque n’était pas à la portée de tous.

Au lieu de suivre les pas de ce grand leader, tu as préféré nourrir la haine, la jalousie. Ton incompétence et ta lâcheté ont fait de toi un éternel suiviste. Tu ne mérites même pas le statut de « second couteau », bref le destin t’a alloué la fonction qui te va le mieux : porteur de sac.

Je te rappelle que lorsque la lutte fut très dure, tu as démissionné du parti pour aller enseigner au Gabon par des subterfuges peu catholiques. Tu as cherché les contacts nécessaires pour entrer à l’école normale supérieure par la petite porte, par le biais du quota sécuritaire diligenté par les autorités socialistes de l’époque. Donc tu es très mal placé pour t’ériger en donneur de leçons.

Tu as quitté le navire libéral en pleine tempête, mais le soldat FADA que tu avais laissé à bord s’est battu à coté de WADE pour que la barque libérale arrive à bon port 2000. C’est juste après l’alternance que t’es revenu au Sénégal, raison pour laquelle, WADE n’a jamais eu  confiance en  toi pour te confier de grandes responsabilités.

Par manque de prudence et armé d’une mauvaise foi caractérisée, tu t’es mêlé à notre cuisine interne, car, la définition de la ligne de notre formation politique, nous incombe exclusivement.

Nous, militants et responsables de LDR/YEESAL, avons analysé froidement la situation politique et les enjeux futurs avant de donner mandat au Président du parti, en qui, nous avons une confiance inouïe forgée par son honnêteté, sa constance et le respect qu’il voue aux militantes et militants.

Par conséquent, dire que le rapprochement est dû à la recherche d’une protection institutionnelle n’est que pur  mensonge. Inutile de te rappeler que la liste des 25 personnes dressées juste après la chute de WADE  est encore là, et vous n’y voyez nullement le nom de Monsieur Modou Diagne FADA.

Des charognards comme vous qui manquent d’ambition et qui n’incarnent aucun leadership sont obnubilés par les enveloppes financières.

Des axes programmatiques discutés entre plénipotentiaires constituent le soubassement de nos échanges fructueux. Tu as toujours été à la périphérie de ce qui se trame dans entre les états-majors politiques, c’est pourquoi tu n’as jamais été apte à en parler correctement. Cette fois ci encore, tu as raté une belle occasion de te taire

Le Président FADA n’est pas de ces fainéants qui doivent leur existence politique à WADE. Il l’a démontré avec le WAAR WI et continue à le faire  aujourd’hui avec le YEESAL.

Tu es trop petit pour nous détourner de nos objectifs, le YEESAL aura son candidat et l’assumera publiquement n’en déplaise à ta haine congénitale

Pour en finir, oui, je te le concède, WADE  demeure un homme exceptionnel et généreux. Il a beaucoup fait pour le Sénégal et pour l’Afrique, c’est pourquoi, mon leader loyal et reconnaissant clame partout qu’il est son éternel inspirateur et s’évertue courageusement à poursuivre son œuvre.

 

Cheikh SAMB

Militant LDR/YEESAL

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.