Modern technology gives us many things.

Un Fatickois appelle à la résistance contre…Macky

0

Ma part de VÉRITÉ:

Fatickois réveillez-vous.

“Quand les commères se courroucent, les vérités se découvrent.”

“La vérité est une vierge pure comme l’innocence, ses sourires sont pleins d’amour, ses caresses font la joie du cœur, ses embrassements donnent la vie.”

Disons-nous la VÉRITÉ, le président Macky SALL a fait son choix. Aucun cadre de Fatick n’a été promu si ce n’est quelques-uns, il connaît bien le Collectif des Cadres ressortissants de Fatick ( COCAREF), tous les cadres du Fouta ou presque le sont plus d’une cinquantaine grâce à la puissance d’un griot Farba Ngom, venu après que la mayonnaise a pris depuis Fatick. Il reçoit les fils du Fouta au Palais comme des héros et n’a jamais reçu ceux de Fatick qui sont pour lui des zéros. Il investit beaucoup au Fouta dans tous les domaines, les jeunes travaillent, aucun investissement à Fatick, les jeunes chôment.

Pourtant, tout est parti de Fatick, sur une table rase, les Sine-Sine l’ont porté dans leurs cœurs et sur leurs dos et ont cheminé avec lui en silence et dignement depuis 1999. Ils ont marché de Fatick jusqu’à Dakar pour féliciter Wade en 2000 lors de la première alternance et lui ont transmis le message poignant de demande de soutien de leur Fatick fatigué. Wade en homme de coeur l’a bien compris et a tout donné au fils du Sine devenu président. En 2008, quand un certain Sada Ndiaye du Fouta proposait sa fameuse loi, un certain Mbaye Ndiaye de Ndiob devenu un ministre errant s’est sacrifié. WADE, en fin politicien a voulu tout reprendre au Sine, les Sine-Sine se sont encore tous levés pour dire Non. Dignement encore, ils ont porté le combat.

Aux élections locales de 2009, toutes les collectivités territoriales du Sine tombent dans l’escarcelle de la coalition “Dekkal Ngor”. A partir de là, la marche vers le Palais débuta.

En 03 ans, avec tous les sénégalais épris de justice, nous sommes arrivés au Palais. Mais à notre grande surprise, les portes du Palais sont fermées aux Sine-Sine et aux vrais héros de la seconde alternance qui se sont donnés corps et âme. Les cadres du Sine sont zappés, ceux du Fouta promus, les vrais combattants qui avaient mis sur place les comités APR sont délaissés au profit de parents et amis, les jeunes qui servaient de boucliers abandonnés à leur triste sort. Un chômage endémique, une pauvreté accrue, un manque d’infrastructures gravissime, bref, tout l’espoir d’un peuple brisé: Fatick agonise. Des regrets mêlés à la médiocrité des promus, voilà le décor dans notre Sine. Personne n’ose le dire sous peine d’être châtié.

Mes chers frères et soeurs, voilà ce que je crois être la VÉRITÉ; ce me semble, Il y a un petit nombre d’hommes et de femmes qui veulent agir et penser pour tous les autres, et pour lesquels tous les autres doivent parler et agir pour eux. Chacun de ses gens songe à son intérêt, personne ne songe au bien commun, et les intérêts particuliers sont toujours opposés entre eux malheureusement. Nous assistons à un choc perpétuel de brigues et de cabales, un flux et reflux de préjugés, d’opinions contraires car l’inconscience qui sous-tend le manque d’intelligence les transforme en échauffés animés qui agissent maladroitement. Ils ne savent presque pas de quoi il est question à Fatick. Chacun a ses règles, ses jugements, ses principes, ses façons de se faire connaître qui ne sont point

admis dans une société politique sérieuse.

Lorsque des personnes sont liées par le sang ou par la terre, au lieu de poser des sentiments suspects et une confiance trompeuse, vaut mieux s’unir avec d’intelligents et honnêtes gens pour avoir une source intarissable de bonnes idées pour des actions salutaires pour être enchanté de sa fonction politique.

La politique est noble si l’art de la conduire repose sur l’éthique.

L’heure du début de la fin a peut-être sonné, dans le silence et dans la tranquillité, tout Fatick attend le bon moment pour marquer son empreinte sur la page de la dignité.

La surprise viendra du Sine car si le manque de considération passe par la porte, la rupture passera par la fenêtre. Même Aliou SALL a préféré aller à Guediaway que de venir dans son Fatick natal; pauvre Fatick de Mame Mindiss !!!. (Alerte 1; à suivre.)

Malick Wade GUEYE Coordinateur APR Almeria Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.