Modern technology gives us many things.

Un expert souligne les «effets négatifs» du réchauffement climatique sur les stocks halieutiques

poisson pêcheLe réchauffement climatique a des impacts négatifs sur les stocks de poissons dont les espèces tropicales migrent vers l’hémisphère nord, à la recherche d’eaux douces, a déclaré samedi à Dakar, Daniel Pauly, biologiste français spécialiste des ressources marines.


«Avec le réchauffement climatique, les poissons des pays tropicaux migrent vers les eaux froides du Nord pour leur survie. Ainsi, l’augmentation de la température des océans est en train de provoquer une baisse des poissons de ces pays, dont le Sénégal. Ce qui met en péril la sécurité alimentaire, appauvrit davantage les communautés de pêcheurs par la diminution de leurs revenus, fait perdre des emplois et crée des conflits», a dit le professeur Pauly.

Il s’exprimait au cours d’un point de presse au terme d’un atelier de cinq jours sur l’évaluation des stocks halieutiques et l’utilisation du logiciel Elefan (version R), organisé par le projet USAID/COMFISH en collaboration avec l’Institut universitaire des Pêches et d’Aquaculture (IUPA) et la Direction des Pêches maritimes (DPM).

Selon Daniel Pauly, ce phénomène de migration des poissons entraînera la perte des espèces tropicales par leurs zones traditionnelles de pêche, au profit des pays du Nord, dont la Norvège.

«C’est pourquoi, a-t-il souligné, certains pays tropicaux ont déjà des difficultés à augmenter leurs captures de poissons. Ainsi, la pêche n’étant plus une garantie de richesse économique pour eux, ils doivent chercher d’autres activités génératrices de revenus pour leurs populations».

De l’avis du professeur, tous les pays africains, qu’ils le sachent ou pas, sont touchés par la migration de leurs espèces de poissons, et au Sénégal, les stocks traditionnellement pêchés dont la sardinelle, «migrent graduellement vers les pays du Nord».

«C’est pourquoi, a suggéré Daniel Pauly, les pays tropicaux doivent travailler à la diversification et l’abondance des ressources halieutiques. Car, plus les stocks sont abondants, plus leur capacité de résistance aux changements climatique deviennent plus efficace. Les stocks abondants résistent mieux au réchauffement des eaux».

«Cette situation de migration des poissons met en évidence le besoin immédiat de développer des plans d’adaptation pour minimiser les effets d’un tel réchauffement sur l’économie et la sécurité alimentaire des communautés côtières au Sénégal et dans les régions tropicales d’une manière générale», a estimé Christopher Mathews, directeur du projet USAID/COMFISH.

Les commentaires sont fermés.