blogueur condamnéDepuis quelques années, le Vietnam, pays où seul le Parti communiste au pouvoir est autorisé, réprime très sévèrement les opposants politiques, de plus en plus virulents sur Internet. Cette nouvelle arrestation vient à nouveau le démontrer. Et les fréquentes critiques et pressions internationales ne semblent rien changer.

Le Tribunal n’a pas fait preuve de clémence. Ngô Hào, activiste de 65 ans devra passer les quinze prochaines années en prison. Une telle peine, très lourde, n’est pas surprenante au Vietnam. Elle est même devenue la norme pour les nombreux dissidents emprisonnés ces dernières années.

Comme tant d’autres avant lui, Ngô Hào a été condamné pour «activité visant à renverser le pouvoir populaire». Arrêté en février dernier, il a été reconnu coupable d’avoir écrit et diffusé des documents hostiles au régime, notamment sur Internet, entre 2008 et 2012.

La femme du dissident a mis en ligne une lettre ouverte aux Nations unies et à son secrétaire général, Ban-Ki-moon. Elle y demande l’aide de la communauté internationale pour faire libérer son mari.

L’espoir est mince, car l’Etat vietnamien reste le plus souvent sourd aux critiques. La libération en août d’une jeune activiste étudiante au cours de son procès en appel -une décision rarissime- avait suscité un semblant d’espoir.

Mais avec cette nouvelle condamnation, le message envoyé est limpide. Le gouvernement siffle la fin de la récréation. Actuellement, 120 prisonniers politiques seraient derrière les barreaux.

PARTAGER