Modern technology gives us many things.

Triple lynchage de Madagascar : coopération judiciaire difficile entre Paris et Antananarivo

« L’attente a été très pénible. On s’est repassé les images, le faux procès, le brasier, les jambes qui dépassent… » Après plus d’un mois d’une attente interminable, Maurice Judalet, gardien de la paix à la retraite, va recueillir les restes de son fils, Sébastien, rapatriés de Madagascar, mercredi 13 novembre. La dépouille sera autopsiée à l’institut médico-légal d’Evry avant d’être rendue à sa famille, qui envisage de l’inhumer en fin de semaine prochaine.

Les proches de Roberto n’ont pas eu cette « chance ». Ce cuisinier d’Annecy est né à Palerme, et s’il est arrivé en France à l’âge de 3 ans, son passeport est italien. Son corps gît toujours dans le congélateur d’un dispensaire à 9 000 kilomètres de ses proches.

Carmella Gianfalla, la sœur de Roberto, est plongée dans un état de sidération depuis la mort de son frère : « Je ne peux plus manger, je vomis, j’ai perdu le sommeil. Et je passe mes journées sur Internet à essayer de m’informer. La seule information que j’ai eue venait de l’ambassade d’Italie en Afrique du Sud, qui me demandait 100 euros par jour pour les frais de conservation de son corps …


LE MONDE

 

Les commentaires sont fermés.