Modern technology gives us many things.

Traque des biens mal acquis : ‘’On a pas besoin de la CREI au Sénégal’’

karim baldé samuel madické oumarSociologue et ancien de l’Unicef, Mamadou Wane, dit Mao était invité, en même temps que l’historien Mbaye Thiam, de l’émission « Remue-méninges » de ce dimanche sur la Rfm. Il estime, par rapport à la question portant sur la gestion des deniers publics « qu’on n’avait même pas besoin de Crei (Cour de répression de l’enrichissement illicite). On avait déjà assez, dans notre législation, de dispositifs qui permettent de lutter contre les détournements publics. »

 « Il faut aborder cette question de façon systémique. Cela veut dire qu’il faut interroger le système. On est depuis l’époque coloniale, depuis l’époque de traitants, dans un système de fonction publique, d’abord coloniale, ensuite néocoloniale qui est arrimé sur un système qui permet qu’on détienne de l’argent, qui permet que l’argent soit le fruit aussi d’une exploitation.

Pour revenir à votre question, puisqu’elle est bien calibrée, la fonction publique, c’est un système de privilège. Et je respecte, pour le moment je ne sais pas si il y a une procédure judiciaire, mais en tant que sociologue, ce que je vois, c’est que ce n’est pas étonnant, parce que le fonctionnaire a des privilèges, depuis Napoléon. Pour revenir maintenant à certaines fonctions, catégorie de personnes, je ne veux pas faire une discrimination, ou mettre l‘accent sur des corps, mais tout le monde sais qu’au niveau des structures de finance du pays, que ce soit dans le domaine des impôts, que ce soit dans le domaine où votre fonction est de récupérer de l’argent, que ce soit sous forme d’impôts ou sous forme de douane, il y a eu toujours, à mon avis, des possibilités que certains,  puissent s’enrichir sans qu’ils ne soient inquiétés. Donc, il y a une certaine accoutumance de notre société, à ce que certains détiennent de l’argent.

On a quelque part, dans la culture Wolof, que je connais bien, étant halpoular, -je suis né à Saint-Louis, j’ai grandis au Baol, tout en étant Halpoular à cent pour cent-, mais je dis qu’il y a un système qui nous renvoie à ce qu’on appelle l’avoir, le téranga . On dit : « ki dafa tèd. » On ne chante que ceux qui possèdent ! Donc on est dans un environnement où posséder de l’argent, qu’il soit à la banque ou à la maison, quelle que soit la façon de l’obtenir dans une certaine mesure est tolérée. (…) C’est l’environnement politique, social et culturel qui le permet. Moi je reste dans ce niveau d’analyse systémique On a un système qui permet l’enrichissement, on a un système qui permet à ce que certains puissent, tout le monde le sait, par exemple, je ne veux pas citer, mais c’est connu de tout le monde, on peut arrêter quelqu’un, un représentant de l’Etat qui peut arrêter quelqu’un, dans la rue et qui lui demande de l’argent. Tout le monde sait ! Les gens participent en donnant, à faire vivre le système, parce que le système, il se reproduit. D’autres acceptent, et tout le monde le sait, tu viens à l’aéroport, tu rentres, on te demande si tu as des devises, si tu en as, beaucoup d’argent, on laisse passer si tu donnes quelque chose. Le système, il a quand même quelque chose, depuis très longtemps, depuis le premier système, 1960 jusqu’à nos jours, il y a ce qu’on appelle que le système n’est pas armée contre les pratique de corruption ou, en tout cas, permet dans une certaine mesure…

Aujourd’hui, l’activation de la CREI (Cour de répression de l’enrichissement illicite) participer à lutter congrès cette prédation, je dis oui et non. Je dis oui parce que c’est un mécanisme qui existe. Et c’est un mécanisme aussi qui fait en sorte qu’on doit rendre compte quelque part. Je dis non, parce que, également, je ne vous le cache pas, j’ai peur, j’ai des doutes sur son efficacité à partir du moment où il n’est pas utilisé comme un élément, il institution de la justice de vainqueur. Parce qu’à la fois, il (Mbaye Thiam, historien, enseignant à l’Ebad et ancien de la Ld/Mpt)  a parlé de droit : le droit, c’est à trois niveaux : le niveau local qui renvoie à  ce qu’on appelle les coutumes. Dans ce pays, la culture, elle est de tolérance : « Masla, bal !» Je ne porte pas de jugement de valeurs. Peut-être aussi, c’est ce qui nous a sauvé comme nation, parce que jusqu’à présent, il y eu ce que j’appelle les amortisseurs. La rigidité, dès fois, surtout quand cette rigidité qui a des connotations puise dans le deuxième niveau qui est international. Tu as des lois au niveau international de lutte contre la corruption, des lois au niveau international qui nous ont été imposées, quand même, par ce que j’appelle la culture des bailleurs de fonds, des Institutions internationales dont nous Africains, nous n’avons pas de prise là-dessus, mais qu’on nous impose comme étant des mécanismes de régulation de nos économie et de bonne gouvernance qui ne prend pas en compte nos propres éléments socioculturels, parce que, il y a ce que j’appelle la domestication socioculturelle des institutions.(…) Il y a ce que j’appelle le désarmement idéologique et intellectuel de intellectuels africains. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, ce qui est le modèle dominant, c’est le modèle de référence au niveau de l’Occident. Une loi ne peut pas être en conflit, aujourd’hui, avec les normes sociales. (…) Je pense qu’on n’avait même pas besoin de Crei. On avait déjà assez, à mon avis, dans notre législation, de dispositifs qui permettent de lutter contre les détournements publics. Mais en tant que Républicain, en tant que défenseur des droits humains également, je ne suis pas d’accord qu’on oriente, alors que c’est une question globale, c’est une question systémique, qu’on oriente contre des personnes qui font partie des Sénégalais.

Donc, pour moi, c’est pourquoi je dis oui et non, parce que je suis un peu nuancé, j’attends aussi en termes de résultat, qu’ils respectent les normes, qu’ils respectent les droits des unes et des autres. Mais aujourd’hui, Sénégalais, il suffit de sortir, on cogne votre voiture, vous demandez réparation, tout de suite il y a une foule autour de vous qui vous dit « bal ko ak, khana yow do dioulit ? »

 

Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.