Modern technology gives us many things.

Togo : un Commandant de gendarmerie et ancien officier des renseignements en prison

togo olivier amahL’ancien officier supérieur de Gendarmerie Olivier Poko Amah (Photo), a été pour une seconde fois déposé à la prison civile de Lomé, ce lundi 27 mai.

La nouvelle est tombée aux environs de 17 heures, le Commandant Olivier Poko Amah a été déposé à la prison civile de Lomé. « Il sera écouté au fond demain » a indiqué une source proche du dossier. L’ancien officier du Service de Renseignement et d’Investigation (SRI) de la Gendarmerie nationale a été convoqué pour ce matin par le Capitaine Akakpo. Longuement écouté sur ses propos invitant l’armée à jouer son rôle comme en 1966, le Président de l’Association contre la torture s’est vu signifier qu’il n’y aurait rien de grave, avant que les choses ne tournent brusquement.

« Les Sécurocrates auraient entre temps décidé qu’il soit déféré en prison », a confié une source qui a requis l’anonymat. Olivier Amah assisté par Maîtres Célestin Agbogan, Jil-Benoït Afangbédji, Claude Amégan et Zeus Ajavon a été écouté par le Procureur de la République Poyodi dans l’après- midi. « On lui reproche d’avoir appelé les forces de l’ordre à se détourner de leur mission. Nous serons devant le juge demain (Ndlr : mardi 28 mai) », a confirmé Me Jil-Benoït Afangbédji.

L’ancien officier de Gendarmerie a accordé des interviews la semaine dernière à des médias. Il en avait profité pour fustiger la posture anti-républicaine de l’armée togolaise et appelé la hiérarchie à aller dire « la réalité de la situation au Chef de l’Etat », comme l’ont fait Gnassingbé Eyadéma alors Chef d’Etat-Major des FAT et ses collègues en 1966, pour éviter une guerre civile au Togo.

« Elle (Ndlr : l’armée) doit demander au Président de la République d’ouvrir un dialogue, ou de démissionner pour que le vote des Togolais soit respecté et que celui qui sera désigné par les Togolais puisse diriger le pays dans la légitimité » a-t-il conseillé avant de poursuivre : «Je ne leur demande pas d’aller faire un coup d’Etat, mais d’aller exprimer courageusement leur point de vue réel sur la situation politique pour qu’elle se décante une bonne fois pour toute et pour que le pays prenne enfin son envol de développement ».

Ces propos tout comme ceux fustigeant la caporalisation de l’armée à des fins de conservation du pouvoir au profit d’un clan, n’auraient pas été appréciés par certains milieux du pouvoir.

Les commentaires sont fermés.