Modern technology gives us many things.

Togo : la prison de Lomé aux mains des prisonniers, maîtres des lieux.

prison loméEn plus des décès pour cause de maladies qui préoccupent les organisations de défense des droits de l’homme, s’ajoute les cas de violences entrainant parfois mort d’homme comme ce fut le cas du jeune Egah Koffi Jules. Un nom revient ces derniers temps, celui d’un certain Sunday, d’origine nigériane.

Selon nos sources, c’est à la fin de la semaine dernière que le jeune Egah Koffi Jules a été envoyé à la prison civile de Lomé. Arrivé, comme c’est de « coutume », le nouveau venu doit accomplir toutes les servitudes des anciens, et c’est le Nigérian chef de grille, un gangster notoire gardé à vie à la prison civile de Lomé qui se charge du jeune Egah, âgé de vingt ans.

Selon les sources, c’est le vendredi 17 mai 2013 aux environs de 10 heures, que le jeune Egah Koffi Jules nouvellement arrivé a commencé par essuyé les commandes du chef de grille Sunday. Le jeune homme se montre incapable d’exécuter tout ce qui lui ai demandé de faire. Furieux, Sunday a commencé à le bastonner et ce, pendant toute la journée au vue et au su des prisonniers et des gardes pénitentiaires.

Des sources informent que le jeune Egah a été à plusieurs fois soulevé et jeté sur le sol par son criminel de nigérian, Sunday. Les bastonnades ont continué jusqu’au soir et c’est dans la nuit u samedi 18 mai 2013, que Egah Koffi Jules a rendu l’âme. Certains témoins se disent scandalisés que le Nigérian ne soit pas été inquiété à ce jour, suite à ce meurtre. « Il n’a même pas été conduit devant le juge », s’offusque un détenu.

Quant au corps de Egah Koffi Jules, il a été acheminé à la morgue du Centre Hospitalier Sylvanus Olympio. Conçue pour être un centre de rééducation, la prison civile de Lomé est devenu également un lieu de toutes sortes de trafics avec au centre, des détenus et des membres de l’administration pénitentiaire.

La prison civile de Lomé continue de compter son lot de morts. Si ce n’est pas par maladie à cause du surpeuplement de ce centre pénitencier, ce sont de violentes bagarres entre les prisonniers eux-mêmes et la journée du samedi 17 mai n’a pas été du tout repos pour les prisonniers.

Les commentaires sont fermés.