Modern technology gives us many things.

Tambacounda : une dame condamnée à 10 ans ferme pour trafic international de drogue

La Cour d’assises de Kaolack, siégeant à Tambacounda, a condamné mercredi la dame Aïcha Diarra, reconnue coupable de trafic international de drogue, à une peine 10 ans de prison ferme et à payer une amende de 2 millions 750 mille francs CFA.

femme drogue 1L’accusée avait été appréhendée à Kidira, ville sénégalaise frontalière du Mali, alors qu’elle convoyait, à partir de Bamako, 60 kilos de chanvre indien qu’elle comptait revendre une fois à Dakar.

Tout au long de la procédure, elle a reconnu être la propriétaire de la substance prohibée, avant de nuancer sa version une fois à la barre.

Elle a expliqué qu’en réalité c’est l’une de ses copines qui lui avait suggéré de se livrer au trafic de chanvre indien.

Elle a précisé c’est cette dernière qui a même acheté pour elle cette herbe (‘’niakha’’, en bambara), qu’elle disait être plus rentable que le commerce de basin auquel elle s’adonnait depuis deux ans.

Les faits remontent au 26 septembre 2011, date à laquelle des éléments de la brigade de Kidira, lors d’un contrôle sur un véhicule d’une société de transport, découvrent 60 kilogrammes de chanvre indien bien dissimulés dans des sacs de sisal sur le wagon dudit véhicule.

La drogue était répartie en 30 plaquettes. L’accusée avait reconnu l’avoir achetée à un million 50.000 de francs CFA. Selon l’arrêt de renvoi, elle avait précisé que c’était la première fois qu’elle s’adonnait à ce commerce, ‘’en raison de sa rentabilité’’.

Etablie à Bamako, Aïcha Diarra explique qu’elle est mariée à un menuisier qui, selon elle, ne gagne pas bien sa vie et lui faisait subir des violences. Elle indique qu’elle a voulu de fait regagner sa mère et ses trois enfants restés à Mbacké. C’est alors qu’une copine lui conseille, en lieu et place du commerce de basin qu’elle tenait entre Bamako et Dakar depuis deux ans, pour entretenir sa famille, d’expérimenter un autre produit de plus grande valeur marchande.

‘’C’est elle-même qui est allée au marché où elle achetée la drogue et l’a transportée à bord d’un taxi’’, a-t-elle raconté à la barre.

‘’Elle m’a dit qu’avec cette herbe je pouvais gagner plus qu’avec le tissu et m’a conseillé de ne pas révéler la nature de la marchandise’’.

Dans le même moment, son amie lui avait remis un numéro qu’elle devait appeler, pour joindre quelqu’un chargé d’informer les clients sur la disponibilité de la marchandise.

Lors de l’enquête préliminaire, elle avait indiqué avoir caché le contenu des sacs au chauffeur du véhicule qui l’avait d’ailleurs transporté gratuitement.

Selon l’ordonnance de renvoi, le chauffeur Matar Niang et son apprenti Youssouph Mbaye avaient déclaré que la dame leur avait indiqué que les sacs contenaient ses effets vestimentaires et ceux de ses enfants.

Le chauffeur, l’ayant transporté auparavant avec ses enfants, l’a crue sur parole et n’a pas jugé nécessaire de contrôler les bagages.

Le président du tribunal a, lors de l’interrogatoire d’audience fait observer que l’accusée avait reconnu les faits pendant l’enquête préliminaire et devant le juge d’instruction et n’avait fait état, en aucun moment, de cette copine. Interrogée sur cette omission, elle soutient qu’on ne l’avait jamais questionnée à ce sujet.

Dans son réquisitoire, l’avocat général a relevé que l’accusée devait savoir qu’ ‘’une herbe qu’on achète à un million 50.000 et qu’on peut vendre au double de son prix, n’est pas une herbe ordinaire’’. Il a également insisté sur le fait qu’elle a dissimulé le produit dans des habits, pour laisser entendre qu’il connaissait le caractère illicite de ce qu’il transportait.

‘’On ne peut pas comprendre qu’elle jette tout son capital dans une marchandise qu’elle ne maîtrise pas’’, a-t-il ajouté, pour battre en brèche sa version selon laquelle elle s’adonnait pour la première fois à ce commerce. ‘’C’est absurde’’, a-t-il souligné, notant qu’elle ne pouvait abandonner le commerce de basin qui est florissant aussi, pour un produit qu’elle ignorait.

‘’Ma conviction est faite que depuis Bamako, elle savait que le produit qu’elle transportait était de la drogue’’, a-t-il conclu à ce sujet. Par le fait qu’elle a quitté Bamako qui se situe dans un autre pays, l’infraction de trafic international est établie. Autant de facteurs qui lui ont fait conclure que la Cour dispose de suffisamment d’éléments pour entrer en voie de condamnation. Pour ce faire, l’avocat général a requis une peine de 10 ans ferme.

‘’Nous plaidons coupable’’, a indiqué dès le début de sa plaidoirie, l’avocat défenseur. Relevant la ‘’bravoure et la bonne foi’’ de sa cliente, il a fait constater que ce n’est pas tous les jours que la Cour a en face d’elle des accusés qui reconnaissent les faits qui leur sont reprochés en toute bonne foi.

Il a demandé à la Cour de prendre en compte cette attitude au moment de délibérer. Ce qui pourrait, à son avis, constituer un message faisant comprendre à tous les accusés qu’en reconnaissant les faits, on peut bénéficier d’une réduction de peine.

L’avocat de la défense a toutefois noté qu’ ‘’aucun élément de la procédure’’ ne permet de dire que l’accusée a fait plusieurs voyages avec de la drogue sur l’axe Dakar-Bamako. Précisant que depuis deux ans, sa cliente allait chaque mois à Bamako pour se procurer du tissu, il a estimé qu’il est ‘’matériellement impossible’’ de s’adonner à un trafic de drogue avec cette fréquence, au risque d’éveiller des soupçons et d’être reconnu.

S’y ajoute, a-t-il, dit que ‘’le bon sens ne peut pas imaginer qu’un trafiquant trimballe 60 kilos de chanvre entre Dakar et Bamako. Tous les cas jugés portent sur des quantités beaucoup plus petites, faciles à dissimuler, a-t-il fait remarquer. Pour lui, ‘’c’était un coup d’essai qui lui a été fatal’’. ‘’Elle a été mal conseillée par une copine burkinabé’’.

Sur cette base, la défense a demandé à la cour de la condamner à une peine qui lui permette de s’occuper de ses trois enfants, étant donné que son mari n’est pas en mesure d’entretenir convenablement sa famille.

La Cour a délibéré, en partie, conformément au réquisitoire de l’avocat général en condamnant l’accusée à une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 2 million 750 mille francs CFA.

Les commentaires sont fermés.