phacochèresLes populations des villages de Diénoudiala et Gamon situés dans la communauté rurale de Dialacoto ne dorment plus que d’un seul œil. La source de leur inquiétude n’est pas à chercher bien loin mais juste à un jet de pierre de leur habitat, dans le parc national du Niokolo Koba très exactement. Dans cette zone, les populations soutiennent que les animaux de la réserve s’égarent souvent de leur milieu naturel, envahissent les villages et ravagent tout sur leur passage. A Dialacoto par exemple, elles font face à une véritable invasion de phacochères et de singes qui causent des dégâts incommensurables sur leurs cultures. «La situation est alarmante dans tout le village de Diénoudiala et environs. Les animaux sauvages comme les phacochères ont détruit la presque totalité des champs de mais, de mil et d’arachide. Il n’y a que les champs de coton qui ont été épargnés», s’est alarmé Malamine Fadiya le porte la parole des agriculteurs du village de Diénoudiala. Ici, tout comme à Madina Fouga et Gamon, ces animaux se sont aussi signalés perturbant du coup l’évolution de certaines espèces culturales telles que le mil qui connaît une forte densité, mais aussi le mais, l’arachide et le sésame. Aujourd’hui, si l’on en croit des sources contactées sur place, plus de mille hectares seraient ravagés par les singes qui se déplacent par meutes de 200 et les phacochères dont on dira qu’ils sont plus pernicieux pour les cultures. Les habitants de la contrée déplorent le manque de moyens pour lutter contre ces espèces. «Nous sommes désarmés face à ces animaux et ne disposons pas des autorisations nécessaires pour les combattre avec efficacité puisqu’ils sont tous protégés » clament-on avec force. Pour contrer efficacement cette invasion d’animaux sauvages et éviter tout risque d’insécurité alimentaire, « les hommes passent la nuit dans leurs champs», terminera Malamine Fadiya.

Du côté de Gouloumbou, cette fois ci dans la communauté rurale de Missirah, ce sont les hippopotames qui perturbent la quiétude de certains producteurs de bananes. Ces mammifères qui avaient fini de semer le trouble chez les pêcheurs en faisant plusieurs victimes ces dernières années, ont assailli eux aussi des bananiers plantés le long du fleuve. Sur place, les populations réclament la réaction des autorités afin de limiter les dégâts. «Nous sommes vraiment fatigués par les hippopotames. Après avoir tué certains de nos enfants, ces mammifères s’attaquent maintenant à nos champs. J’ai perdu 2 ha qui ont été complètement dévastés par les hippopotames. Je ne sais plus à quel saint me vouer», fulmine le vieux producteur Moussa Diarra. Dans cette partie de la communauté rurale, les villageois diront compter sur le soutien de l’Etat pour juguler ce fléau. En attendant, ils  ruminent stoïquement leur mésaventure.

Sources : tambacounda infos

 

PARTAGER