chasseurYéra Bindia, un cultivateur né en 1967 à Salémata a comparu devant la barre du Tribunal régional de Tambacounda pour les délits d’homicide involontaire et détention d’arme à feu. S’exprimant sur les faits, le cultivateur déclare avoir tué un singe qui s’est transformé en homme. Mal lui en a prit, car il a écopé d’un an ferme.

Dans la localité de Salémata, les chasseurs ont la gâchette facile et dégainent parfois sans sommation. Hier, le cultivateur Yéra Bindia, domicilié à Salémata, dans la région de Kédougou, a été attrait devant la barre du Tribunal correctionnel de Tambacounda. Il est accusé d’avoir abattu un homme pour l’avoir confondu à un singe. Ce jour-là du mois de mai 2013, aux environs de 12 heures, cet accident de chasse coûte la vie à un homme non encore identifié. Sur le chemin d’une zone aurifère de la localité, Yéra Bindia, né en 1967 à Salémata, armé d’un fusil de chasse, aperçoit une ombre ressemblant à un singe. Pris de panique, il saisit son fusil pour ouvrir le feu. Seulement, ce coup de feu sera fatal à l’homme non identifié.

Le jeune homme décède sur place, après plusieurs tentatives de réanimation

Le cultivateur Yéra Bindia, traumatisé, prend ses jambes à son cou pour aller informer les populations. Alertés, les pandores de la brigade de Salémata se sont rendus sur les lieux pour procéder aux constats d’usage avant de placer en garde à vue le cultivateur. L’enquête qui s’en est suivie n’a pas permis d’identifier la victime. Déféré au parquet, Yéra a été placé sous mandat de dépôt à la citadelle du silence de Tambacounda. S’exprimant sur le déroulement des faits, Yéra Bindia déclare : «C’est sur le chemin d’une zone aurifère que j’ai rencontré une meute de singes. Comme je consomme de la viande de singe, j’ai saisi mon fusil pour faire feu sur un des singes. Malheureusement, le singe que j’ai tué et tombé avant de se transformer en homme (Sic).» Une déclaration qui a déclenché l’hilarité générale au tribunal. Poursuivant ses déclarations, le cultivateur ajoute : «D’ailleurs, jusqu’à présent, il n’a pas été identifié.» Le substitut du procureur Mamadou Saliou Diao a requis l’application de la loi. Dans son délibéré, le juge Diabel Ndir l’a condamné à un an ferme avant d’ordonner la confiscation de l’arme et des munitions.

PARTAGER