Modern technology gives us many things.

Tambacounda : 29 commerçants interpelés pour avoir pratiqué des prix illicites

commerçants denrées rizLe service régional du commerce de Tambacounda a opéré lundi une saisie d’une importante quantité de riz, d’huile et de sucre chez 29 commerçants basés surtout dans des quartiers périphériques de Tambacounda et ne respectant pas les prix homologués vendredi dernier par le conseil régional de la consommation.

Sur 65 commerçants visités dimanche et lundi, les 29 coupables de pratique de prix illicites sont vu confisquer 2,5 tonnes de riz, une tonne de sucre et 250 litres d’huile, a indiqué Khadim Ndiaye à des journalistes.

Les opérations de contrôle ont été entamées dimanche au marché central de Tambacounda où il a été noté un ‘’niveau d’application satisfaisant’’ des nouveaux prix, avec seulement quatre commerçants auteurs de prix non conformes, sur les quarante qui ont été piégés. Le même jour, le quartier Saré Guilèle a aussi reçu les agents du service du commerce.

‘’Aujourd’hui [lundi], nous avons poursuivi dans les quartiers périphériques de Quinzambougou, Diallobougou et Médina Coura’’, où il a été constaté des ‘’résistances’’, a ajouté M. Ndiaye. Tous les 25 commerçants visités au deuxième jour de contrôle, ont commis des prix illicites, selon lui. Pour lui, les tenanciers d’échoppe dans ces parties excentrées de la ville se disent que les agents de contrôle n’y arriveront pas.

Il a relevé la subtilité de certains vendeurs, qui à défaut de pouvoir dépasser le prix des produits ciblés par la baisse, en suivant les unités de mesure indiquées dans le règlement, ‘’utilisent le micro-détail pour pratiquer des prix illicites’’. Il a expliqué, par exemple, qu’en vendant le huitième de litre d’huile à 125 francs, cela leur revient à 1000 francs le litre, soit plus que le nouveau prix du litre d’huile en fût arrêté à 925 francs le litre, soit une baisse de 75 francs.

Disant ne pas comprendre l’attitude de certaines femmes qui rechignaient à indiquer le prix auquel elles avaient acquis leur produit, tentant ainsi de protéger des commerçants, M. Ndiaye en a appelé à leur ‘’esprit de collaboration’’. ‘’Cette mesure leur est exclusivement destinée’’, a-t-il rappelé.

Khadim Ndiaye a précisé que cette série de contrôles démarrée dans la commune se déploiera ensuite dans les départements. Elle fait suite à une vaste campagne de sensibilisation utilisant plusieurs canaux, dont les motos Djakarta. Les imams, les délégués de quartier, entre autres relais, ont été rencontrés pour une large diffusion des nouveaux prix qui sont maintenant affichés dans toutes les boutiques.

A l’intérieur de la région, les préfets ont été chargés de transmettre l’information aux sous-préfets pour qu’elle arrive jusqu’aux coins les plus reculés. Ce qui l’autorise à penser que maintenant ‘’tout le monde est informé’’.

Pour ce qui est du sort à réserver à la marchandise saisie, deux voies de règlement s’offrent aux contrevenants, à savoir la voie administrative, à travers le paiement d’un montant transactionnel dont la valeur dépend de la gravité de l’infraction et la voie judiciaire, a noté M. Ndiaye, par ailleurs secrétaire général du Conseil régional de la consommation.

Les commentaires sont fermés.