pompierLes moutons se promènent ensemble, mais ils n’ont pas le même prix. Par contre, à la gare routière communément  appelée « Pompier » de Dakar, les moutons et les hommes ont le même prix. Pour cause, la ferveur des préparatifs de la Tabaski : un prétexte toujours usité par des transporteurs et autres rabatteurs (coxeurs) véreux pour arnaquer et soutirer l’argent d’honnêtes citoyens en ce temps de crise qui frappe tout le monde. Comme de « petits seigneur sans conscience de l’impacte de la crise sur tout le monde du fait qu’ils sont incultes pour la plus part du temps, les « coxeurs » dictent leur loi sur les tarifs sans aucun soucis de s’arracher les voyageurs comme en temps normale », nous lance M. M qui s’apprête à  se rendre à Ziguinchor. Pour ce faire, il faut débourser 12 500 pour lui-même et le même montant pour un mouton. Les voyageurs étant très nombreux, Tabaski oblige, le mot d’ordre de ces  arnaqueurs qui opèrent au vu et au su de tout le monde reste : « C’est à prendre ou à laisser ! »

Un imam a qualifié, tout récemment, la pénurie d’eau vécu par les populations dakaroises de «sanction divine. » Lecture faite : « Nous sommes en saison de pluie, Dieu donne de l’eau. Les animaux, les oiseaux, les arbres ont de l’eau ! Et qui n’en a pas ? Les hommes ! » « Nit gni warnagnou sétat séni bop » (Les hommes –Sénégalais- doivent revoir leur manière de d’être et de faire).

Aussi bien l’eau que la Tabaski, c’est d’abord une affaire de dévotion envers Dieu qu’aucun homme ne doit instrumentaliser. Ho, que Dieu est Très Grand et que l’homme est parfois très petit dans sa cupidité pour arnaquer son prochain au nom de la Tabaski. Il faut revenir à Dieu !

 

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER