Modern technology gives us many things.

Le système du parrainage : pas une nouveauté au Sénégal

Il faut encore être guidé de mauvaise foi afin de décrier le système du parrainage pour la prochaine élection Présidentielle en 2019.
On assiste à un débat contradictoire et souvent houleux de la part de l’opposition qui n’a trouvé mieux autre que prendre en otage les Sénégalais concernant un acquis démocratique.
Si on prend du recul alors on voit mieux et loin de cette masse critique et on peut dire que le parrainage des élus a été pratiqué lors des Présidentielles de 1963 et de 1973 et ce n’est qu’en 1993 que le pays a commencé a pratiqué le parrainage citoyen.
Quand on sait que cette particularité avec ce projet de révision c’est d’exiger que le parrainage s’applique à toutes les candidatures confondues, par là je veux dire indépendantes ou investies par un parti politique.
Alors que demander de plus quand cette nouvelle disposition va mettre fin à la discrimination, et donné ainsi le droit à tout citoyen soucieux de se présenter à une élection Présidentielle d’avoir que seulement 1% du fichier électoral général (60. 000 signatures).
On parle de rationalisation des candidatures là, on parle d’un bon déroulement des prochaines joutes électorales et je me demande bien si cette opposition a retenu les leçons des nombreux couacs lors des législatives qui ont été le résultat d’une pléthore de candidats.
Il faut avancer et grandir démocratiquement alors il ne s’agit pas là d’une action téléguidée afin d’éliminer qui que ce soit mais de faire en sorte que le Sénégal puisse comprendre à quel point il est nécessaire de cette nouvelle disposition ne peut qu’être bénéfique pour nos institutions.
On ne va toujours avoir le temps d’attendre le temps et si on est tous muent par les intérêts de ce pays alors il est surement le moment de cesser les tirs groupés et de dire aux senegalais les bénéfices qu’on tirera de ce système de parrainage.
Tous pour un et un pour tous, la république sera toujours devant nos bisbilles crypto-personnelles et cela le Président de la République, Macky Sall, l’a bien compris avant bon nombre de gens.
Ce n’est plus une question de partis politiques ou d’appartenances religieuses mais là on parle de conserver et de consolider nos acquis démocratiques et puisque l’état est une continuité alors des patriotes feront de cette loi leur sacerdoce.
Adama Diaw (Diaw Fara)
Coordonnateur de la BAREM 2019
(Banlieue en ACTION POUR LA REELECRION DE MACKY EN 2019)

Les commentaires sont fermés.