Modern technology gives us many things.

Danses africaines : Germaine Acogny plaide pour leur codification

Des acteurs de la danse se sont réunis à Dakar pour un symposium international, initié par la journaliste Mariama Touré, qui s’est tenu ce mercredi 25 avril. Pour ce faire, il est prévu au terme de ce colloque « d’établir les règles, les mouvements et spécificités ».  A cette occasion Germaine Acogny s’est prononcé sur la politique culturelle du Président Macky Sall.

La danse évolue, elle subit sans recul des innovations. Chose tout à fait normale parce que chaque danse est définie par son milieu et chaque génération a sa propre touche qu’elle y apporte. On assiste mutuellement à la naissance de nouvelles chorégraphies. Et le brassage culturel influence cela. La fondatrice de l’école de danse les sables s’attriste du fait que ce soit les Européens qui ont plus de considération pour nos danses. « Les Africains préfèrent pratiquer des activités qui leurs sont complètement étrangères comme le yoga et autres. Ils sont là en costume, ils ne pratiquent pas. Ils se prennent pour qui ? », a dit Mme Acogny.

L’évolution est voulue dans chaque chose, mais celle de la danse au Sénégal n’est pas appréciée par la danseuse. Germaine Acogny regrette le changement de certaines danses maintenant comme le « sabar ». « Ndèye Khady Niang m’a enseigné le sabar de jadis qui diffère de celui qu’on voit les personnes pratiquer aujourd’hui. A partir de là, je me dis aimer tout ce qui est la danse mais je déteste la vulgarité », martèle-t-elle. Son amour pour cette culture reste inné en elle. A l’en croire, à travers la danse, elle voyage de pays en pays et découvre ainsi des danses identiques et pourtant originaires de différents horizons. Un rendez-vous du donner, du savoir et de la réception, reste la caractéristique de son activité.

Appel au président

La fondatrice de l’école des sables juge anormale que le président fasse tout le temps des remaniements ministériels. Pour la cause du domaine dans lequel elle s’active, Mme Acogny rétorque que le Président devrait laisser un ministre durer plus longtemps à son poste pour pouvoir faire ses preuves. Ce, notamment dans la culture. Car, estime-t-telle, si le ministre ne prend pas assez de temps pour étudier ce secteur, il lui sera difficile de pouvoir discerner les maux et de parvenir à leur résolution.

Aussi, avec la codification des danses africaines, le comité scientifique va écrire la danse. Il va établir des techniques de base, soubassement à tout développement. « Ce qui permet la reconnaissance et la cohérence de l’enseignement ».

A.SENE NIANG

 

 

Les commentaires sont fermés.