Notre You National !

youssou 3L’on se bouscule de partout pour saluer le retour du roi du Mbalax ! Les cœurs sont en fête et Paris grouille de couleurs et de bonne humeur ! Avions, trains, bus et taxis déversent comme ils peuvent des quidams longtemps sevrés de leur star et qui se demandaient justement comment, seulement comment il a été capable de leur jouer ce tour et de les laisser en rade si longtemps pour aller fouetter d’autres chats somme toute moins importants que le bonheur qu’il est capable d’épandre sur tous les continents et surtout dans leurs pauvres cœurs asséchés. Mystère et pas boule de gomme ! La politique nous l ‘avait piqué disons !

Des bombes africaines et jamaïcaines, tailles fines, mini-jupes sur des jambes interminables sanglées dans des bottes de ouf affolent notre Paris, greffages indisciplinés au vent et lunettes de marque en serre-tête ! Sourires ultra-bright, peaux Fashion-Fair et rouges-à-lèvres en feu ! Purée ou Nom de Dieu ! Laissons les mâles estimer !

A qui mieux-mieux, ce 12 Octobre est un jour de bonheur, les cœurs étreints d’émotion, l’excitation au summum en attendant que Paris vibre des premières notes de notre You ! Ca va déchirer ! Les services de sécurité du XIIème arrondissement de Paris sont au rouge, les hélicos en alerte, l’événement étant exceptionnel et les gens restés en rade dehors sans billet sous haute surveillance pour éviter tout grabuge !

A l’intérieur, la salle va gronder, imaginons quand  notre You va entonner Bamba de son album Dakar-Kingston, j’en ressentirai les frissons depuis ma terrasse de Rome, autre ville éternelle qui a généré César le mélomane qui en d’autres temps faisait gronder la terre d’Egypte d’opéras romantiques. Je ne le jure certes pas, je parie seulement que les notes de notre You pourraient rendre César fou, avec ou sans Cléopâtre.

On aime notre You mais avouons-le pas en politique ! Voilà qui est dit et quelque soient les griefs à son encontre, dès qu’il s’agit de sa musique, on est tous motus et bouche cousue !

Notre You, nous le savons, est imbattable dans son domaine et lorsqu’il quitte ce dernier pour descendre les pentes ardues de la politique, ne serait ce que le temps d’une éclipse, nous ne savons plus, même si nous essayons de comprendre. You, la musique oui ! La politique nous disons non car la musique atténue la bérézina. 

Le Zoo de Rebeuss

karim filsKarim Wade a tout bonnement refusé de recevoir des députés qui s’étaient rendus à Rebeuss pour voir les conditions carcérales des détenus, dans le cadre d’une tournée qu’ils ont entreprise depuis lundi. Selon le journal l’AS, il les a purement et simplement éconduits.

Une quinzaine de jours auparavant c’est Hissène Habré qui avait reçu une visite d’OVNI ‘’objets volants non identifiés’ venus s’enquérir de ses conditions de détention, sans toutefois convaincre nos esprits sceptiques. Tout cela, comme du sable dans le couscous, nous gêne lorsqu’on le mastique, nous gratte à la déglutition et finit par se bloquer au fond de notre estomac.

Le journal l’Observateur nous a appris cette semaine que plus de 300 000 demandes de visite ont été déposées pour aller voir Karim.

Outre que ceci mette en exergue sa notoriété grandissante, l’on y détecte néanmoins du voyeurisme malsain et à outrance. La sincérité n’étant pas la vertu la mieux distribuée sous nos cieux, il y a lieu de se poser des questions loin d’être naïves sur l’impérieuse nécessité qu’ont certains d’aller le voir, un scanner à la place de la pupille pour le détailler jusqu’aux os. Nous ne croyons pas un instant au ndeyssane sénégalais, sachant pertinemment les sentiments qui nous habitent lorsque l’on lâche ce fichu mot. Tout sauf sincères en général.

Il a raison Karim !  On ne peut lui en vouloir de refuser la visite de ces députés. Rebeuss n’est pas un zoo et lui n’est pas un animal. La majorité de ses visiteurs, militants PDS ou pas, sont de parfaits inconnus, profitant de l’entrée gratuite pour un spectacle malsain.

Au début c’était peut-être rassurant et distrayant pour mesurer sa popularité et celle de son père qui a marqué au fer rouge ce peuple pas prêt de l’oublier…tant ses grâces sont encore là et il n’y a que ceux qui ne sont pas dotés de mémoire qui ont oublié. Il a eu pitié et a su aider chacun à la mesure de la souffrance qui le tenaillait. Disons-le et reconnaissons le lui, Wade fut un cœur sans fond et chacun y a trouvé sa place. Même si beaucoup s’y sont vautrés.

Aux visiteurs inopportuns, disons ceci, il existe des cellules réputées plus précaires que celle de Karim, allez les visiter et laissez le tranquille !

Aux hordes d’indigènes qui se bousculent à sa porte, à leur décharge, ils sont tous orphelins de son père, kou amoul yaye namp mam comme dit le wolof !

Parmi ces visiteurs VIP cependant, n’y voyons pas toujours des âmes compatissantes disons-le sans fioriture, c’est même jouissif pour certains ! On entend d’ici le ‘gnaw’ enfoui tant Karim ne fut pas aimé et surtout fut craint car ayant toujours eu l’oreille de son père pour faire ou défaire certaines carrières.

Et la grande majorité, ceux qui n’ont pas pu, du temps de sa splendeur, le voir se sont précipités comme des assoiffés de sang à Rebeuss ne serait-ce que pour poser l’oeil sur lui, scruter ses moindres faits et gestes pour y détecter qui sait, une faiblesse, une tristesse ou une force sur laquelle ils viendront s’étendre comme du linge mouillé, en attendant les rayons de soleil d’une prochaine vie. Car rappelons-le, la boule tourne et n’est pas pressée. S’il lui arrivait de jeter le bon dé dans ce Sénégal qui a le moral sous les chaussettes et devenu amnésique puisque cet homme pas aimé hier et assimilé à un bourreau et désormais lavé à grande eau dès qu’il a franchi les portes de la prison, se mettait à fleurir ! Ne jurons de rien !

D’ici là, il reste bien une patate brûlante qui n’a pas l’air de gêner outre mesure les durs à cuire d’en face.

oumou waneOumou Wane

Présidente Africa 7

PARTAGER