Modern technology gives us many things.

Son retour toujours remis au lendemain : Karim Wade et la hantise d’une contrainte par corps

Plusieurs fois annoncé, le retour au pays de la Téranga du fils de l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, Karim Meïssa Wade, ne cesse d’être remis sine die. Le candidat d’un PDS qui n’est, en réalité, que l’ombre de lui-même, est comme scotché dans les murs du Palais doré de Sa Majesté-Le Roi-du Qatar. A cette veille d’élections législatives où les plénipotentiaires d’autres partis s’affairent aux derniers réglages pour grappiller le maximum de sièges à l’Assemblée nationale, les libéraux  s’essoufflent, déjà, pour trouver un  capitaine d’équipe susceptible de le conduire à bon port. Leur formation politique présente, ainsi, des signes cliniques de vieillesse à l’image de son père-fondateur, Me Wade. Si l’arrivée tant médiatisée de Wade-fils a l’heure de galvaniser les troupes, des nuages utopiques se lisent sur le ciel de Dame Justice. En un mot comme en mille, Karim n’est pas aussi libre comme le pensent certains. Selon nos sources, l’ancien Ministre d’Etat est conscient d’une menace sérieuse qui lui surnage l’esprit : le spectre d’une contrainte par corps. En français facile, l’ancien Ministre  qui a été jugé et condamné et qui, aujourd’hui, bénéficie d’une liberté provisoire, peut-il rentrer au Sénégal vaquer à ses occupations… politiques sans payer, au préalable, l’amende (160 milliards F CFA)  due  au peuple qui a été sucé jusqu’au trognon ? Pour dire,  Karim n’a pas aussi les coudées franches pour  se lancer dans une quelconque  course électorale. Vu sous  cet angle,  on n’est pas besoin d’être praticien du Droit ou grand clerc en la  matière  pour dire que le sabre de la loi  est là, suspendu comme une épée de Damoclès sur sa tête.  S’il outrepasse à cet « interdit », il risquera d’être (re) conduit manu militari à Rebeuss.
Ibrahima Ngom Damel

Les commentaires sont fermés.