Modern technology gives us many things.

Sommet sur la Sécurité à Paris proposé par Hollande : le faux orgueil des présidents africains

hollande dioncoundaLors du sommet de l’UA (Union africaine) qui s’est achevé hier à Addis-Abeba, le président français, François Hollande, a invité ses homologues africains à un sommet sur la paix et la sécurité en Afrique. Un sommet que Hollande entend organiser à Paris en décembre prochain. Mais cette invitation est très critiquée par certains dirigeants africains qui la récusent dans sa forme. Ils estiment que la décision de Hollande est unilatérale et heurte par là- même la souveraineté du continent. Il est vrai que l’on peut trouver à redire sur la forme de cette invitation de Hollande.

Car, Hollande aurait pu, en l’espèce, procéder autrement. Dans la discrétion, le président français aurait pu émettre l’idée de ce sommet auprès des instances de l’UA, avant de la rendre officielle. En tous les cas, il lui est reproché de n’avoir pas trouvé la bonne stratégie en termes de communication. Cela a eu pour effet, comme on l’a d’ailleurs constaté, de faire vibrer la fibre souverainiste de certains chefs d’Etat qui ont vite crié à l’impérialisme français.

Mais on en vient à se demander s’il y a vraiment de quoi fouetter un chat. Le Brésil avait-il prévenu les chefs d’Etat qu’il supprimerait leurs dettes qui s’élèvent à environ 900 millions de dollars ? Mais la nouvelle a été accueillie avec joie. En tous les cas, face au péril terroriste qui menace le continent noir, l’heure n’est plus aux tergiversations sur fond de susceptibilités liées à des questions de forme. Quelque maladroite que puisse être la proposition de Hollande dans sa forme, il n’en demeure pas moins qu’elle pose un problème de fond : la nécessité d’endiguer, vite, le terrorisme sur le continent noir. D’autant qu’on est face à un quasi-vide sécuritaire sur le continent noir que Hollande voudrait combler, au nom des intérêts à la fois français et africains. La nature a horreur du vide, comme dit l’adage.

Quand on est incapable d’une chose qu’on souffre que les autres le fassent à sa place ! La nation française, qui garde la hantise de ces Islamistes, a repoussé leur invasion en 732 sous Charles Martel. La mémoire française se souvient donc de la capacité de nuisance de ces redoutables djihadistes. De toute évidence, les contestataires de Hollande lui font un très mauvais procès. La vérité est qu’il leur manque le courage d’assumer leur manque d’initiatives. Ils sont plutôt animés du double sentiment de honte et d’orgueil blessé. La honte de n’avoir pas pu sauver le Mali au moment où les terroristes étaient aux portes de Bamako et l’orgueil froissé de n’avoir pas eu cette ingénieuse idée de Hollande qui semble les fouetter dans leur amour-propre.

Mais, à qui la faute si des pays, aux indépendances vieilles pour bon nombre de plus de 50 ans, se comportent toujours comme des protonations et attendent toujours le secours de leur métropole ? A qui la faute si l’Afrique, est toujours perçue comme un objet de compassion qui en appelle à la charité internationale ? En la matière, on aura tout vu, surtout au début de la crise malienne. En effet, alors que les djihadistes étaient à quelques encablures de Bamako, les chefs d’état-major de la CEDEAO (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest) se livraient à des rencontres interminables mais inopérantes à l’Hôtel Ivoire à Abidjan. La suite, on la connaît.

La France a dû prendre les devants. Hollande, à tous points de vue, est dans son rôle. Jusqu’ici, c’est la France qui supporte les frais de son intervention au Mali. En l’absence de toute prévision de la part des dirigeants africains, très souvent abonnés à la politique du fait accompli, la France est dans son plein droit d’anticiper. Car, si jamais les affidés de Ben Laden venaient à élire leur QG dans un autre pays africain, francophone surtout, ce serait encore la France qui se verrait obligée de jouer les sapeurs-pompiers.

C’est donc un sommet qui tomberait à pic, s’il venait à être organisé. Hollande devrait plutôt avoir droit au respect face à ces faux souverainistes qui grommellent dans les coulisses du sommet. Du reste, ce sont des souverainistes qui, n’ayant pas le courage d’affronter François Hollande, laissent entendre dans les coulisses ce qu’ils ont dans le ventre sans vouloir en porter la responsabilité. Beaucoup iront pourtant à ce sommet qu’ils récusent tant. Pour avoir été inefficaces face au danger terroriste, les chefs d’Etat africains devraient avoir au moins l’humilité de dire comme Alpha Condé sur RFI (Radio France internationales) : « Nous sommes très reconnaissants au président Hollande. Mais je pense que nous avons tous été humiliés que l’Afrique n’ait pas pu résoudre le problème (malien) ». Aussi longtemps que l’Afrique s’infantilisera, on lui fera avaler des pilules, les plus amères, et c’est tant mieux si cela peut l’amener à s’en porter mieux.

 

(Le Pays 28/05/2013)

Les commentaires sont fermés.