hollande zuma 2Le président sud-africain Jacob Zuma ne participera pas au Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, organisé par la France le mois prochain. Une quarantaine de chefs d’Etats africains ont été invités à ce sommet prévu les 6 et 7 décembre à Paris.

Le président Jacob Zuma ne viendra pas à Paris. Il avait pourtant annoncé sa participation à ce sommet lors de la visite de François Hollande en Afrique du Sud. Zuma avait alors mis l’accent sur une nouvelle coopération entre les deux pays. En pleine crise centrafricaine, il avait même évoqué la possibilité de travailler avec la France pour rétablir la sécurité sur le continent. Les deux hommes devaient poursuivre les discussions à Paris.

Revirement

Alors pourquoi ce revirement ? Selon plusieurs sources, le timing n’est pas bon. Ce sommet coïncide avec une importante réunion de l’ANC, le parti au pouvoir. Une réunion qui est vitale car, à moins de six mois des élections, c’est à ce moment que va être décidée la stratégie électorale du parti.

Pour Koffi Kouakou, analyste politique, le président sud-africain fait également face à de très fortes contestations en externe mais aussi en interne. Zuma est attaqué quasi quotidiennement par la presse, par les partis d’opposition, par la Cosatu, la confédération des syndicats et par ses anciens alliés, comme Julius Malema, l’ancien dirigeant des jeunes de l’ANC. Bref, sa réputation est sérieusement malmenée et il doit se défendre.

Koffi Kouakou ajoute qu’avec les élections en vue, il est impératif que Zuma soit présent à cette réunion de l’ANC pour déjouer une éventuelle attaque de son propre camp.

PARTAGER