Modern technology gives us many things.

Seydina Limamoulaye : Connaissance de l’Imamoul Mahdi

seydina limamoulayeLa commémoration du 133ème appel de Seydina Limamoulaye qui a débuté dimanche matin 09 juin au village de Cambéréne a pris fin hier lundi 10 juin avec la cérémonie officielle à Yoff. Durant deux jours, la communauté «layenne», qui s’est abreuvé aux sources des enseignements de Seydina Limamoulaye, a rendu un vibrant hommage à celui qui lançait, il y a 133 ans «Ajibo dahi allahi».

 

Le thème de cette année est «Equité et justice comme solutions aux problèmes de l’heure». Respectivement le village de Cambérène, la grotte de Ngor et Yoff auront été l’attraction de milliers de fidèles, tous de blancs vêtus, symbole de la pureté.
Pour rappel Seydina Limamoulaye 1843-1909 est une grande figure de l’islam au Sénégal. Il est le fondateur de la confrérie «Layene». Né en 1843 dans la région de Dakar, plus précisément à Yoff, Seydina Limamou Laye est fils de Mame Alassane Thiaw et de Mame Coumba Ndoye. Il commence sa prédication le 24 mai 1883, à l’âge de 40 ans, se présentant comme l’imam des «Bien Guidés» ou «imamoul Mahdi».

En 1883, déjà orphelin de père, Limamou Laye perd sa mère et «s’enferme trois jours sans boire ni manger». Au terme de ces trois jours, il prétend être l’envoyé de Dieu, lançant son Appel «Ajibo dahi allahi» qui veut dire «Venez à l’appel de Dieu vous hommes et djinns je suis l’envoyé de Dieu. L’arabe blanc s’est noircit», «voulant désigner par ces mots qu’il est le prophète Mohammad. Venu à la fin des temps pour faire état de la religion qui a été ouvert par lui en Orient et réajuster les comportements en prônant la purification de toute œuvre en la consacrant à Dieu unique. Cette phrase a été à l’origine de nombreuses indignations de la part des musulmans des autres confréries», expliquent des autorités religieuses de la communauté.

Avant sa disparition en 1909, âgé de 66 ans, il laissa un livre divisé en 5 parties et connu sous le nom de «Sermon» qu’il demanda à ses serviteurs de transmettre. Illettré, il ne l’avait pas écrit lui-même, mais dicté en wolof à ses disciples dont Matar Lo, qui se sont chargés de le traduire et de l’écrire en arabe.

Dans un de ses sermons il exhortait ses disciples à se détacher de ce bas monde : «ne cherchez pas à vous surpasser les uns les autres dans l’acquisition des richesses de ce bas monde ; cherchez plutôt la concurrence dans l’obtention des richesses de l’autre monde. C’est ça qui procure la fortune éternelle et des honneurs élevés. Ne soyez pas avides des biens de ce monde car ce monde-ci est comme un cadavre impropre à la consommation. Seuls les chiens et les vautours mangent un tel cadavre, détachez-vous donc de ce bas monde ne le suivez pas car c’est une demeure qui va vieillir et disparaitre car sa disparition est proche».

Après sa disparition, son fils Seydina Issa Royou Lahi lui succéda et continua ce que son père avait commencé. Mais l’image de Seydina Issa aussi est double puisque sa vie possède des points communs avec celle de Jésus telle que racontée par ses disciples.

 

Mouhamadou Sarr (Sud Quotidien)

Les commentaires sont fermés.