Modern technology gives us many things.

Seul Ouattara peut sauver Gbagbo des griffes de la CPI

Le procès décisif annoncé pour l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la Haye le 9 octobre prochain pour sa liberté provisoire pourrait être une éventualité pour lui ado gbagbode recouvrer momentanément la liberté et espérer un retour dans son pays, car selon le porte-parole de la Cour Pénale Internationale (CPI), l’Etat ivoirien a toujours la possibilité de faire arrêter la procédure engagée depuis novembre 2011 par son institution.

Interrogé par un media d’opinion ivoirien ce mardi, Fadi El Abdallah a expliqué que le dossier du président ivoirien pourrait être ramené en Côte d’Ivoire si l’Etat ivoirien soulevait une ‘’exception d’irrecevabilité’’ de l’affaire devant la cour internationale.

« La CPI est une instance de dernier recours ; son travail est complémentaire au travail des tribunaux nationaux, elle ne les remplace pas. La Défense, ou l’Etat, peut soulever devant la CPI une exception d’irrecevabilité de l’affaire, sur la base du principe de complémentarité. C’est-à-dire, demander que la CPI arrête la procédure en cours devant elle, s’il est prouvé que la justice nationale a la capacité et la volonté de mener des poursuites sérieuses contre le même suspect pour les mêmes faits allégués »,a expliqué le porte-parole de la CPI.

Les commentaires sont fermés.