Modern technology gives us many things.

Sénégal/Réformes des institutions : Mbow sort de l’ombre

amadou maktar mbow 2Après plusieurs mois de travaux en interne, la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri), dirigée par l’ancien président des Assises nationales et ex-secrétaire général de l’Unesco Amadou Makhtar Mbow sort enfin de son confinement et part à la rencontre des principaux acteurs du champ politique.

 

C’est ainsi qu’elle entend tirer langue avec la presse nationale et internationale, le jeudi  20 juin, les partis politiques, le samedi 22 juin, et enfin les organisations de la société civile, dans l’après-midi du même jour. Ces diverses rencontres initiées par la commission d’Amadou Makhtar Mbow lanceront, semble-t-il, le véritable démarrage des concertations inclusives sur les réformes institutionnelles  attendues par tous les acteurs politiques.

Pour rappel, le chef de l’Etat, Macky Sall, avait annoncé, le vendredi  14 septembre 2012, à Dakar, la mise en place d’une commission qui serait pilotée par Amadou Makhtar Mbow et dont l’objectif était de revoir et de consolider, de manière durable, les institutions, «garantes d’un Etat de droit».

Après des mois d’atermoiements et de questionnements circonspects des acteurs politiques comme de la société civile, la réflexion sur la réforme des institutions devant à terme refonder la République du Sénégal avait été mise en branle, durant la première quinzaine du mois de mars 2013.

Le Pr Amadou Makhtar Mbow et ses collaborateurs avaient ainsi tenu la première réunion de la Commission nationale de concertation sur la réforme des institutions (Cnri). Trois mois plus tard, presque jour pour jour, l’ancien patron de l’Unesco et cie se décident enfin à faire sortir la commission de réforme des institutions de son cocon pour aller partager avec les acteurs politiques et civils.

A noter que la commission en question entend rendre ses conclusions au Chef de l’Etat, au cours du mois de septembre prochain.

 

Sud Quotidien

Les commentaires sont fermés.