Modern technology gives us many things.

Sénégal/Les recettes tirées des visas seront affectées à l’emploi des jeunes

population sénégalLes redevances sur les visas biométriques devant entrer en vigueur le 1er juillet prochain seront affectées au financement de l’emploi des jeunes, a indiqué mardi à Dakar le commissaire Ibrahima Diallo du ministère de l’Intérieur.

“L’Etat a décidé, avec la partie des fonds qui lui revient, de financer l’emploi des jeunes. C’est la décision du gouvernement”, a dit, dans un entretien avec l’APS, le commissaire Diallo, secrétaire exécutif du comité de pilotage chargé de ce nouveau visa.

Le gouvernement a signé un partenariat avec l’opérateur privé Snedai, qui est chargé d’équiper les services consulaires, l’aéroport de Dakar et les postes-frontières appelés à délivrer des visas biométriques.

“Tous les investissements nécessaires du projet sont supportés par le partenaire privé (Snedai). C’est pourquoi l’Etat a accepté de lui céder la moitié de la redevance récupérée de chaque demandeur de visa biométrique. Le visa coûtant 50 euros (32.500 francs CFA), l’Etat cède les 25 euros (16.250 francs) à ce partenaire qui a” payé les équipements, a indiqué M. Diallo, également directeur de l’automatisation des fichiers, au ministère de l’Intérieur.

La gestion des fonds tirés des visas biométriques est assurée par le partenaire financier de Snedai, à savoir la banque Ecobank, a-t-il annoncé, précisant que la concession liant l’Etat du Sénégal à l’opérateur privé est d’une durée de cinq ans renouvelable une fois.

“A la fin de la journée, on connaîtra la somme d’argent récoltée [de la vente des visas]. Cet argent est automatiquement envoyé à notre partenaire financier, Ecobank, qui a la responsabilité de le gérer”, a indiqué Oumar Abdoul Wane, directeur général adjoint de Snedai.

Pour capter les recettes tirées de la vente des visas biométriques, “deux comptes seront ouverts, un pour l’Etat et un autre pour le concessionnaire”, a expliqué M. Wane, parlant d’un contrôle “en temps réel” de ces redevances.

Cette innovation est aussi “un acte de souveraineté que l’Etat a posé”, a ajouté le commissaire Diallo.

A partir du 1er juillet, le Sénégal exigera un visa biométrique à toutes les personnes désireuses d’entrer dans son territoire, si elles ne sont pas des nationaux des 14 autres pays avec lesquels il constitue la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Cette mesure ne sera pas appliquée aux ressortissants marocains et mauritaniens, Dakar ayant signé des accords bilatéraux de libre circulation des personnes avec Rabat et Nouakchott, a expliqué M. Diallo.

Les commentaires sont fermés.