Modern technology gives us many things.

Sénégal/Hydrocarbures: Aly Ngouille Ndiaye annule un arrêté de Karim Wade et Samuel Sarr

aly ngouille ndiayeAprès un audit sécuritaire et environnemental effectué par les ministères de l’Intérieur et de l’Environnement, Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Energie et des mines a pris la décision de la réouverture des dépôts terrestres BAD (Shell devenue Vivo Energy) et DOT (Dakar Océan Terminal) (Libya Oil) sis à Bel-Air. « Fermés » en septembre 2011 par Karim Wade, alors en charge du secteur, la décision de fermeture avait été prise par son prédécesseur Samuel Sarr par arrêté ministériel.

 

C’est l’argument sécuritaire et environnemental qui avait officiellement motivé la décision de fermeture, en septembre 2011, des dépôts d’hydrocarbures BAD (Bel air Dakar) exploité par Shelle devenue Vivo Energy) et DOT (Dakar Océan Terminal) exploité par Oil Libya, sis à Bel-Air et dotés respectivement de 45 000m3 et 55 000m3. En fait de fermeture, il s’agissait en réalité d’une décision ministérielle à travers l’arrêté n° 06654 du juillet 2010 signé par Samuel Sarr alors ministre de l’Energie, demandant que « Les hydrocarbures liquides issus de l’activité de raffinage soient exclusivement stockés dans les installations de Senstock SA ».

Le ministère de l’Energie n’ayant pas la prérogative de faire fermer les dépôts, par ledit arrêté, il faisait ainsi obligation à la Sar de ne plus passer par les dépôts en question. Sans compter que, le 6 août 2010, l’Etat a sorti un arrêté interministériel MEF/ME/MC (n°06533) qui multiplie par deux les frais de passage dans les dépôts passant ainsi de 3 FCfa/litre à 6 FCfa /litre.

L’un dans l’autre, les deux mesures avaient eu l’effet de rendre inactifs les dits dépôts qui ne recevaient plus une goutte de produit parce qu’interdits formellement d’entreposer dans leurs dépôts et cela depuis maintenant plus de deux ans, mettant ainsi sur le carreau quelque 200 emplois directs.

Ces arguments objectifs ont sans doute pesé sur la balance du ministre de l’Energie qui, cependant, ne devrait pas se contenter de décréter la reprise des activités des dépôts d’hydrocarbures. Un arrêté dans ce sens devrait certainement suivre afin de permettre à la SAR de reprendre les chemins de DOT et BAD.

Les commentaires sont fermés.