Modern technology gives us many things.

Sénégal/Gaz butane : Itoc relâche les 4600 tonnes

gaz 1Le butanier de 4600 tonnes de gaz butane, en souffrance depuis samedi dernier au port de Dakar, a finalement entamé depuis hier soir le débarquement de sa cargaison. C’est encore la Société africaine de raffinage (SAR) qui fait face à de sérieuses difficultés de trésorerie, qui a accepté de casquer, mais pas à n’importe quelle condition.

 La journée d’hier jeudi a dû être âpre pour le ministre de l’Energie, Aly Ngouille Ndiaye qui a dû pousser un ouf de soulagement en arrivant au conseil des ministres qui s’est tenu jusque tard. Aussi, c’est quelque peu ragaillardi qu’il a  fait au Conseil une communication sur la situation de pénurie de gaz « due à des problèmes de trésorerie » de la SAR, mais c’était pour mieux annoncer au dit conseil que « des dispositions ont été prises pour régler le problème dans les meilleurs délais ». Pour cause, au moment où nous mettions sous presse, nous apprenions que le butanier de 4600 tonnes de gaz butane qui était en souffrance depuis samedi dernier au port de Dakar, entamait, le soir même, le débarquement de sa cargaison.

C’est encore la SAR qui est allé au charbon, selon notre source qui précise toutefois que « La Sar s’est finalement engagée à ne prendre en charge que les traites », c’est-à-dire sans les surcoûts liés aux « intempéries pécuniaires » qui ont constitué le blocage de la cargaison depuis samedi. En clair, la Sar s’est refusé à payer les surestaries qui ne sont autres que les pénalités de retards et autres rades estimés à quelque 20 000 dollars soi 10 millions de FCfa par jour.

Faut-il rappeler que c’est la Sar qui en charge les opérations d’importation de gaz qui au demeurant sont structurellement déficitaires. Il se trouve que dans ces opérations, la Sar reste devoir au fournisseur, ITOC, un montant dont le cumul depuis 2007, affiche 6,9 milliards FCfa. Une dette qui procède surtout d’un non remboursement par l’Etat à la dite Sar qui la traîne ainsi comme un boulet pendant qu’elle fait face à des problèmes de trésorerie auxquels s’ajoute un encours échu de la Sénélec de 42 milliards de FCfa. Une boucle vicieuse qui explique la récurrence des pénuries de butane sur le marché.

 Que l’Etat se réveille

 Toujours est-il que cette « boucle vicieuse » que l’acteur principal dans l’approvisionnement du pays en produits pétroliers qui assure une mission de service public, associée à une gestion privée, n’est plus en mesure de porter ce poids qui l’alourdit de plus en plus, comme l’ont rappelé les « Sariens », récemment au sortir d’une réunion sur leur avenir.
Dans l’état actuel des choses, tant que la situation de la Sar restera en l’état et que cette mission d’approvisionnement du marché en gaz butane lui colle au bac, un approvisionnement correcte du marché domestique restera sujet à caution et on se demande déjà à quand la prochaine pénurie, même si selon nos sources, deux autres butaniers sont en route, les 4600 tonnes actuels ne représentant qu’une consommation de 10 jours.

A moins que l’Etat se réveille et prenne ses responsabilités pour mettre en place dare-dare une politique pérenne d’approvisionnement qui passe visiblement par l’assainissement de la situation de la Sar, même si, il avait été convenu que la fin de ce monopole de l’importation du gaz butane devait intervenir depuis la suppression de la subvention qui était appliquée sur le prix. Sauf que la fin de ce monopole ne se décrète pas. En décembre 2011, le ministre Karim Wade alors en charge de l’Energie, avait tenté le coup en libéralisant le segment de l’importation du gaz butane. Cela a fait pschiiitt !


Sud Quotidien

Les commentaires sont fermés.