Modern technology gives us many things.

Sénégal/Crise du sucre-Louis Lamotte de la CSS : « L’UNACOIS fait du chantage »

lamotteLa sortie des responsables de l’UNACOIS qui annoncent un boycott du sucre de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS), n’a pas été sans réaction du côté de ladite société. Le Directeur-conseiller, Louis Lamotte, est ainsi monté au créneau pour répondre à l’UNACOIS dont il a démonté les arguments, sans manquer de clamer que les commerçants font du chantage. Interview du quotidien ‘Le Populaire’

 

M. Lamotte, l’UNACOIS a fait état d’une menace de boycott du sucre de la CSS et prévenu d’une pénurie à venir en riz et sucre, parce que l’Etat a interdit l’importation du sucre. Qu’est-ce cela vous inspire comme réaction ?

Mise à part un certain nombre de déclarations à l’issue de son point de presse, nous souhaiterons préciser certaines vérités. La première est, en fait qu’aujourd’hui, rien ne peut justifier qu’il y est une liaison entre le sucre et le riz. Sachant que c’est deux produits distincts, qui n’obéissent pas aux mêmes normes et aux mêmes difficultés. Car le sucre est produit quasi intégralement au Sénégal et le riz est importé. En fait, le problème, c’est que l’UNACOIS ne peut pas accepter que l’Etat prenne un minimum de mesures pour protéger l’industrie nationale, la production du sucre qui, comme vous le savez, est fortement menacée par les importations tous azimuts cette année. L’Etat, conscient des dangers auxquels la CSS est confrontée, est obligé de prendre des dispositions pour que pour que cette dernière puisse vendre sa production et sauver des milliers d’emplois et sauver surtout son intervention vis-à-vis de l’Etat. Une société qui vous donne 700 millions de Tva par mois, quand même, c’est assez important. La CSS est le premier contributeur aux impôts, en dehors des compagnies de téléphonies. On comprend les gens de l’UNACOIS, à chaque fois que leurs intérêts sont menacés, ils procèdent par chantage.

Qu’en est-il des 15 000 tonnes de sucre importé bloquées au port de Dakar ?

Il n’y a pas 15 000 tonnes de sucre au port de Dakar. Vous pouvez le vérifier au niveau des services compétents. Ensuite, ça fait assez longtemps qu’ils sont tous été informés des mesures de suspensions des importations. C’est du forcing qu’ils ont fait, sachant qu’ils n’importent même pas, ils attendent simplement que des traders leur proposent des quantités de sucre au large de Dakar pour qu’ils les prennent et mettent la pression sur l’Etat pour le faire entrer. Le restant des tonnages qu’ils déclarent, c’est simplement des tonnages qui, normalement, sont destinés à partir au Mali. Mais, ils recherchent à les recycler et à les déverser dans le Sénégal. Parce que simplement on est à la veille du Ramadan et ils veulent faire de bonnes affaires pendant le Ramadan, au détriment de la production nationale qui est là. C’est 105 000 tonnes qui dorment là-bas à la CSS, qui ne peuvent pas être écoulées. Ce n’est pas équilibré comme démarche économique, ce n’est pas compréhensible non plus.

Vous dites qu’il n’y a pas 15 000 tonnes de sucre au port, combien y a-t-il ?

Je vous demandais de vous adresser aux autorités portuaires, notamment à la Direction générale de la douane pour être édifié. Je crois que c’est l’instance qui peut vous dire exactement combien y a-t-il de sucre et à qui appartient ce sucre. C’est ça le plus important. Et vous verrez que les trois ou quatre messieurs qui parlent n’ont strictement rien là-bas. C’est une façon de mettre la pression sur l’Etat que de montrer de gros chiffres. Et peut-être aussi d’apitoyer l’opinion, alors que l’opinion a fini de comprendre que ce n’est pas en important qu’on va développer ce pays. Il ne sera pas question pour les Sénégalais de voir la plus grande entreprise industrielle du pays mourir parce que tout simplement il y a trois ou quatre personnes qui importent et qui concurrencent de façon absolument déloyale.

Au vu de la menace de l’UNACOIS, n’y a-t-il pas risque de pénurie artificielle ?

Nous avons déjà constaté avec le sucre que ces gens refusent d’acheter chez nous. Mais on est en train de prendre des dispositions pour qu’il n’y ait pas de pénurie. Il y a des milliers de commerçants qui n’attendent qu’à être agréés pour acheter du sucre produit au Sénégal pour le vendre aux Sénégalais à moindre coût. Et nous allons travailler avec eux pour assurer l’approvisionnement correct du pays en sucre. Maintenant, pour ce qui est du riz, il y a des instances plus habilitées pour en parler. Mais ce qu’il y a à noter, c’est ce chantage consistant à vouloir faire ce qu’ils ont envie de faire. Boycotter le sucre du pays, c’est un outrage au consommateur, quant au riz, c’est vraiment manquer de respect à l’Etat.
Réalisé par « Le Populaire »

Les commentaires sont fermés.