Modern technology gives us many things.

Sénégal/Commerce -Alioune Sarr :  »Nous devons arrêter d’importer certains articles à usage domestique »

alioune sarr commerceLe Sénégal devrait cesser l’importation de certains articles de consommation qui peuvent être produits à des prix compétitifs par des acteurs économiques nationaux avec le recours de technologies simples et accessibles, a plaidé, lundi à Dakar, le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, Alioune Sarr (photo).

« Nous ne devons plus importer des produits comme les cure-dents, les clous, ces petites choses que nous utilisons dans nos maisons et qui peuvent par un entrepreneuriat des jeunes et un simple transfert de technologies être produits au Sénégal », a déclaré M. Sarr.

Le ministre du commerce s’exprimait à l’ouverture de la première édition du Roadshow Sénégal/Inde, présenté comme une vitrine de ce qui peut se faire entre les deux pays en matière de transfert de technologies.

Selon Alioune Sarr, il s’agit de « convaincre les Sénégalais qu’il est possible de multiplier la création de Petites et moyennes entreprises (PMI) en recourant à des technologies simples, fiables et accessibles ».

« C’est ce qui a été fait dans d’autres pays avec succès et il est de notre responsabilité d’encourager compatriotes » à faire de même, a déclaré le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel.

Pour Alioune Sarr, certains arguments de « pertinence variable » sont souvent avancés pour expliquer le peu d’engouement des Sénégalais dans la création de petites unités industrielles.

Il a notamment cité « la trop grande ouverture de nos frontières, les difficultés d’accès au financement, les coûts de facteurs techniques de production, l’insuffisance de la formation professionnelle ou encore un environnement des affaires qui reste à faire ».

M. Sarr a fait observer que dans le même temps, « on oublie souvent de citer les avantages comparatifs de notre pays et les vrais acquis en termes de recherche/développement avec notamment les résultats probants de l’ISRA ou encore de l’ITA, qu’il s’agisse des fruits, des légumes, des céréales et tubercules entre autres ».

Organisée par l’Agence de développement et d’encadrement des Petites et moyennes entreprises (ADPME), cette rencontre est une manière de convaincre les Sénégalais que l’industrie ne consiste « pas seulement en d’immenses industries » nécessitant de « moyens colossaux et hors de portée ».

L’exemple de l’Inde doit pousser les acteurs sénégalais à « pousser la réflexion pour aller vers la création au Sénégal de PME et PMI capables d’impulser l’autosuffisance », a souligné l’ambassadeur indien en poste à Dakar, Partha Satpathy.

« En Inde, ce secteur est très fort car il crée des emplois et met sur le marché des produits facilement exportables. Le Sénégal est capable de faire cela », a-t-il expliqué.

Cette rencontre a réuni étudiants, entrepreneurs et porteurs de projets au Grand Théâtre national, à Dakar.

Les commentaires sont fermés.