Modern technology gives us many things.

Sénégal/Casamance-otages des rebelles : Robert Sagna parle d’un blocage dans les négociations

robert sagnaLes discussions entre le gouvernement du Sénégal et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), jeudi à Sao-Domingos, ont achoppé sur l’adoption de l’ordre du jour portant sur la poursuite du déminage humanitaire et la libération des 9 autres démineurs, a appris le correspondant de l’APS, jeudi.

« La réunion d’aujourd’hui n’a pas conclu à quelque chose de palpable. Il y a notamment des points d’achoppement sur l’ordre du jour’’, a déclaré Robert Sagna, président du Comité de réflexion pour la paix en Casamance.

M. Sagna a précisé que l’ordre du jour consistait d’abord à faire le point de la rencontre du 20 mars dernier à Sao-Domingos entre le CNAMS, le MFDC et des ONG, examiner un projet d’accord et enfin étudier les conditions de libération des 9 autres otages.

Au cours de cette rencontre à Sao-Domingos, des éléments du mouvement indépendantiste se réclamant de l’aile de César Atoute Badiate, chef d’Atika, avaient déclaré que la  »zone rouge est atteinte », estimant qu »’au-delà de cette zone rouge, la sécurité des démineurs n’est plus garantie ».

 »La nuit portant conseil, on s’est renvoyé à demain (vendredi) pour poursuivre les discussions de manière à pouvoir obtenir un accord, qui est une des conditions posée par le MFDC pour la libération des 9 autres otages », a indiqué Robert Sagna, ancien ministre et leader du parti Rassemblement pour le socialisme et la démocratie.

Il ajouté que « le MFDC estime que les conclusions » de la rencontre du 20 mars dernier « n’ont pas été respectées, parce qu’elles conduisaient à un arrêt du déminage ». « C’est suite à ça que le MFDC a pris des otages, parce qu’ils estiment qu’il y a un accord qui n’a pas été respecté’’, a-t-il poursuivi.

La tenue d’une deuxième rencontre à Sao-Domingos était la condition posée par le MFDC pour libérer les 9 autres otages et faire le point sur les conclusions qui n’ont pas été respectées, a expliqué M. Sagna, ancien maire de Ziguinchor.

Le coordonnateur de l’ONG APRAN, Demba Keita, a rappelé que cette rencontre avait pour objectif d’amener les deux parties à signer un accord sur le déminage sur lequel toutes les deux parties vont s’engager et discuter sur la libération des 9 autres otages toujours entre les mains de combattants du MFDC.

‘’Pour le MFDC, il fallait se focaliser tout simplement sur l’analyse de la situation qui a contribué au kidnapping des 12 démineurs. C’est comme si on était venu pour dire que l’Etat du Sénégal à tort. (…) Il faut progresser. L’Etat du Sénégal a souhaité aussi qu’on fasse des pas vers le processus de déminage et globalement dans la dynamique de paix’’, a-t-il fait remarquer.

L’évêque de Ziguinchor, Monseigneur Paul Abel Mamba Diatta, le ministre-conseiller à la présidence de la République, Pape Abdou Cissé, le préfet de Sao-Domingos et des représentants du Centre national d’actions antimines au Sénégal (CNAMS, ont pris part à la réunion.

L’ONG bissau-guinéenne (Mom Ku Mom, main dans la main, en créole bissau-guinéen), s’est impliquée dans la libération des trois femmes du groupe des démineurs enlevés par César Atoute Badiate, chef de l’aile combattante du MFDC, le 3 mai dernier à Kaïlou.

Les commentaires sont fermés.