Modern technology gives us many things.

Sénégal/Casamance-otages des rebelles : Robert Sagna parle d’un blocage dans les négociations

robert sagnaLes discussions entre le gouvernement du Sénégal et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), jeudi à Sao-Domingos, ont achoppé sur l’adoption de l’ordre du jour portant sur la poursuite du déminage humanitaire et la libération des 9 autres démineurs, a appris le correspondant de l’APS, jeudi.

“La réunion d’aujourd’hui n’a pas conclu à quelque chose de palpable. Il y a notamment des points d’achoppement sur l’ordre du jour’’, a déclaré Robert Sagna, président du Comité de réflexion pour la paix en Casamance.

M. Sagna a précisé que l’ordre du jour consistait d’abord à faire le point de la rencontre du 20 mars dernier à Sao-Domingos entre le CNAMS, le MFDC et des ONG, examiner un projet d’accord et enfin étudier les conditions de libération des 9 autres otages.

Au cours de cette rencontre à Sao-Domingos, des éléments du mouvement indépendantiste se réclamant de l’aile de César Atoute Badiate, chef d’Atika, avaient déclaré que la ”zone rouge est atteinte”, estimant qu”’au-delà de cette zone rouge, la sécurité des démineurs n’est plus garantie”.

”La nuit portant conseil, on s’est renvoyé à demain (vendredi) pour poursuivre les discussions de manière à pouvoir obtenir un accord, qui est une des conditions posée par le MFDC pour la libération des 9 autres otages”, a indiqué Robert Sagna, ancien ministre et leader du parti Rassemblement pour le socialisme et la démocratie.

Il ajouté que “le MFDC estime que les conclusions” de la rencontre du 20 mars dernier “n’ont pas été respectées, parce qu’elles conduisaient à un arrêt du déminage”. “C’est suite à ça que le MFDC a pris des otages, parce qu’ils estiment qu’il y a un accord qui n’a pas été respecté’’, a-t-il poursuivi.

La tenue d’une deuxième rencontre à Sao-Domingos était la condition posée par le MFDC pour libérer les 9 autres otages et faire le point sur les conclusions qui n’ont pas été respectées, a expliqué M. Sagna, ancien maire de Ziguinchor.

Le coordonnateur de l’ONG APRAN, Demba Keita, a rappelé que cette rencontre avait pour objectif d’amener les deux parties à signer un accord sur le déminage sur lequel toutes les deux parties vont s’engager et discuter sur la libération des 9 autres otages toujours entre les mains de combattants du MFDC.

‘’Pour le MFDC, il fallait se focaliser tout simplement sur l’analyse de la situation qui a contribué au kidnapping des 12 démineurs. C’est comme si on était venu pour dire que l’Etat du Sénégal à tort. (…) Il faut progresser. L’Etat du Sénégal a souhaité aussi qu’on fasse des pas vers le processus de déminage et globalement dans la dynamique de paix’’, a-t-il fait remarquer.

L’évêque de Ziguinchor, Monseigneur Paul Abel Mamba Diatta, le ministre-conseiller à la présidence de la République, Pape Abdou Cissé, le préfet de Sao-Domingos et des représentants du Centre national d’actions antimines au Sénégal (CNAMS, ont pris part à la réunion.

L’ONG bissau-guinéenne (Mom Ku Mom, main dans la main, en créole bissau-guinéen), s’est impliquée dans la libération des trois femmes du groupe des démineurs enlevés par César Atoute Badiate, chef de l’aile combattante du MFDC, le 3 mai dernier à Kaïlou.

Les commentaires sont fermés.