Modern technology gives us many things.

Sénégal : ‘Y en a marre’ et ‘M23’ ressortent le bâton contre Macky Sall

y en a marre 2Plus grand contestataires du régime de Me Abdoulaye Wade, surtout à ces dernières années, les mouvements «Y’en a marre» et du M23, «à l’agonie» depuis mars 2012, date de l’avènement d’un nouveau régime, ressortent le bâton contre le président Macky Sall et son équipe.

«Macky Sall et son régime n’ont pas malheureusement compris pourquoi Wade a été chassé et sanctionné. On redescend dans la rue pour l’amener à vite changer de cap», dit Kilifeu, l’un des plus actifs du mouvement «Y’en a marre».

Selon lui, «Y’en a marre» est né (en janvier 2011) avec son engagement et continuera à défendre les causes sociétales. «Jamais, dit-il, nous ne faillirons à notre raison d’être, à savoir le combat pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens».

m23  2De son côté, le mouvement du 23 juin (M23) estime qu’il y a des choses qui sont faites par le régime actuel, «mais c’est insuffisant».

«Ce que le peuple attend de ce gouvernement, ce n’est pas de faire mieux que Wade. C’est de faire totalement autrement que Wade. C’est de faire beaucoup plus que l’ex-président de la République. Nous sommes là pour critiquer, pour pousser le gouvernement à faire mieux et satisfaire les exigences du peuple. Le M23 a une mission de veille, de sentinelle, de contre-pouvoir et de résistance, si cela est de besoin, pour que ça aille mieux. Parce que c’est ça que veut le peuple», tacle Mamadou Mbodj, coordonnateur dudit mouvement.

Le M23, selon son coordonnateur, exige du pouvoir actuel «une rupture radicale avec cette culture qui a prévalu pendant 50 ans, qui est faite d’accaparement et de népotisme».

«A l’an II de la révolution citoyenne, poursuit M. Mbodj, nous avons décidé de nous retrouver pour célébrer les actes courageux et pleins de dignité, que les jeunes et les moins jeunes ont posés le 23 juin 2011 pour s’opposer à la confiscation de la souveraineté populaire par le régime d’Abdoulaye Wade».

Selon lui, lors d’une audience vendredi avec le président de la République, le M23 lui a dit qu’il a un devoir de critique et il a très bien compris. «Il y a de très fortes pressions qui sont [exercées] sur le pouvoir, aussi bien à l’interne qu’à l’externe. Et le pouvoir ne doit pas reculer», indique le coordonnateur national du M23.

Les commentaires sont fermés.