Modern technology gives us many things.

Sénégal : Un projet de loi pour le retour de la peine de mort bientôt à l’Assemblée nationale

Avant la fin de la présente session, parlementaire, un projet de loi sera déposée sur la table du président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, pour le retour de la peine de mort, a-t-on appris auprès du député de la majorité, Benno Bokk Yakaar, Seydina Fall.

«Nous sommes presque fin prêts pour déposer le projet de la loi pour le retour de la peine de mort. Ce sera fait avant d’aller en vacances. L’objectif est de diminuer la criminalité au Sénégal», annonce le député Seydina Fall.

Au Sénégal, notamment dans la banlieue dakaroise et dans certaines régions dont Kaolack et Thiès, les meurtres sont devenus récurrents. Ils sont souvent suivis de lynchage à mort des auteurs.

Selon le député de la majorité, le retour de la peine de mort peut dissuader les auteurs de crimes.

peine de mort«Celui qui prend son arme pour agresser et tuer une personne volontairement, il sera exécuté. Les cas des homicides involontaires seront traités par la justice. L’objectif de cette loi est de diminuer la criminalité au Sénégal», précise Seydina Fall.

Selon le député, plusieurs chefs religieux sont pour le retour de la peine de mort. «Je reçois beaucoup d’appels mêmes des chefs religieux, des avocats et des parlementaires pour me demander l’évolution du dossier», dit-il.

Jusqu’à une date récente (2004), la peine de mort existait au Sénégal. Le magistère de Léopold Sédar Senghor ayant été émaillé par deux évènements aux senteurs politiques. Il s’agit d’une tentative d’assassinat contre le premier Président du Sénégal et du meurtre de Demba Diop, ancien député-maire de Mbour. Respectivement, Moustapha Lô et Abdou Ndaffa Faye furent froidement exécutés.

Mais le retour de la peine de mort au Sénégal commence à agacer les défenseurs des droits de l’homme qui estiment que «la tendance mondiale est l’abolition de la peine de mort ».

«C’est un autre divertissement vers lequel les députés veulent entraîner les Sénégalais au lieu de s’occuper de leurs problèmes. En tout cas, ce projet de loi ne passera pas. La tendance mondiale est l’abolition de la peine de mort. Mêmes des pays arabes comme le Maroc, la Mauritanie où la loi est en vigueur n’ont pas exécuté des condamnés depuis plus de 20 ans», s’offusque Seydi Gassama, président de la section sénégalaise d’Amnesty International.

 

Les commentaires sont fermés.