Modern technology gives us many things.

Sénégal: Rapport du BIT – Des progrès notés dans la lutte contre le travail des enfants

travail des enfantsLe Bureau international du travail (Bit) a lancé son rapport sur le travail des enfants, dans les locaux du Cicr à Dakar. Un exposé, intitulé «mesurer les progrès dans la lutte contre le travail des enfants : estimations et tendances mondiales 2000-2012 », a montré les progrès significatifs notés dans ce domaine.

Ce rapport est le prélude à la troisième Conférence mondiale sur le travail des enfants prévue à Rio de Janeiro du 8 au 10 octobre 2013.

«Il y a 168 millions d’enfants concernés par ce phénomène, soit 11% de l’ensemble des enfants âgés de 5 à 17 ans, dont 85 millions d’entre eux exercent un travail dangereux qui met en péril leur santé, leur sécurité et leur développement moral».

Telles sont les statistiques avancées par Vera Paquete-Perdigao, spécialiste de la lutte contre le travail des enfants lors du lancement du rapport de l’Oit sur les estimations concernant ce phénomène. Selon l’experte qui présentait ce quatrième rapport, malgré ces chiffres la tendance est à la baisse.

«En 2012, il y a eu pratiquement moins de 78 millions d’enfants en situation de travail qu’en 2000 ; ce qui représente une diminution de presque 1/3», a-t-elle souligné.

Elle a aussi fait savoir que les statistiques ont baissé de 40% chez les filles, contrairement pour les garçons où elles passent de 127 millions en 2000 à 99 millions en 2012». Une innovation a également été introduite dans le rapport concernant le revenu national.

Ainsi, il ressort qu’en terme absolu, les pays à revenu moyen totalisent 93,6 millions d’enfants astreints au travail contre 74,4 millions dans les pays à faible revenu.

Pour ce qui est du Sénégal, elle pense que le pays suit cette tendance mondiale. Cependant elle suggère l’actualisation des estimations de 2005 qui font état de 36% d’enfants concernés.

«L’agriculture est le secteur qui concentre le plus d’enfants travailleurs (58%), suivie de l’industrie et des services». Mme Paquete-Perdigao a expliqué cette tendance à la baisse par l’engagement politique dans la ratification des instruments de l’Oit en ce qui concerne la Convention 182 sur les pires formes de travail des enfants et la Convention 138 sur l’âge minimum d’admission à l’emploi.

Toutefois, souligne-t-elle, «les objectifs de l’agenda pour le travail décent à l’horizon 2015 ne seront probablement pas atteints. Il y a, en plus de la pauvreté, un problème d’application des textes», a-t-elle déclaré.

Le directeur du Bit à Dakar, François Murangira, a indiqué qu’un monde sans travail des enfants est possible. «En dépit de ces résultats encourageants, il y aura un travail de longue haleine à mener pour éliminer ce fléau».

Les commentaires sont fermés.