Modern technology gives us many things.

Sénégal-Politique étrangère et Diplomatie : le spectacle en moins

macky affaires étrangères 1En succédant au fantasque Abdoulaye Wade en mars 2012, Macky Sall avait comme préoccupation majeure, sur la base de son programme “Yonnu yokkuté“, de concilier une “diplomatie au service du décollage et de l’émergence du Sénégal” ; cet objectif le fait courir aujourd’hui à travers le monde, surtout qu’il a hérité de Me Wade le dossier du Nepad qu’il défend vaillamment par monts et par vaux.

Pourtant, îlot de stabilité, le Sénégal tangue dans un océan d’irrédentisme de toutes sortes, confronté qu’il est à une boule de fer régionale et peu gâté par une conjoncture internationale marquée par la récession : la République islamique de Aziz est encore instable, sous un semblant de démocratie faussée à la base par le coup d’État d’août 2008 ; la Gambie du fantasmagorique Yaya Jammeh reste un doigt dans la bouche du Sénégal, limitant l’intégrité territoriale, la Guinée-Bissau est secouée militairement par les narco-trafiquants, constituant, avec Banjul, une zone de déstabilisation intérieure du Sénégal parce que terres d’asile de rebelles et autres grands bandits ; le Mali venait d’être envahi par le rigorisme religieux, le Burkina Faso est resté le grand déstabilisateur de poumon économique de l’Afrique de l’Ouest, la Côté-d’Ivoire non encore remise de la crise de 2002 et fournissant 40 % du produit intérieur brut de l’organisme économique sous-régional. Comment alors concilier décollage et sécurité intérieure lors que la moindre secousse met à mal l’ensemble sous-régional, comme récemment avec la  Centrafrique ? Sur un autre plan, l’émigration, compensatrice dans la stabilisation relative du chômage et des difficultés sociales, connaît quelques ralentis du fait d’une Europe et d’une Afrique, principales destinations, en crise.
Nous ne cherchons pas des crises à éteindre ou à provoquer des crises pour se positionner comme le porteur de l’extincteur ou la bouche d’incendie…Cette diplomatie wadienne est terminée. Elle n’a nullement été efficace : c’était la diplomatie du microphone et des conférences de presse. Durant l’essentiel de ses deux mandats, il a mis notre diplomatie au service de la recherche effrénée du Prix Nobel. Macky, lui, met sa diplomatie au service du décollage et de l’émergence du Senegal. Point final.”
Cette position tranchée d’un éminent diplomate, consultant en stratégie, relève ainsi que  Aziz n’était pas à la prestation de serment de IBK.  Pourtant, pour ses premières visites hors du Mali, le nouveau président a consacré ses efforts de pacification à partir de Nouakchott et d’Alger  et a ému certains Sénégalais pour le lourd tribut payé en faveur de l’ex-confédéré. Ils n’ont pas vu l’originalité de l’approche pour éteindre la poudrière de  Kidal.
Le Sénégal refuse cependant de faire de la “diplomatie cosmétique” : “Il faut que les gens sachent que les contextes historiques sont différents. La crise malgache et celle ivoirienne du début de 2000 et le rôle du Sénégal doivent être contextualisés. Aujourd’hui, pour nos pays, le ministre des Affaires étrangères doit être un ministre du développement. Travailler à pacifier nos rapports avec nos voisins, assurer un vrai leadership dans les espaces Union monétaire ouest-africaine (Uemoa), Cedeao et Union africaine, être actif aux Nations Unies et  au sein de l’OCI…et refuser de s’encombrer de médiations sans issue pour rechercher le Prix Nobel ; on ne peut pas se payer ce luxe diplomatique. Nous ne faisons pas de la diplomatie cosmétique“, avance-t-on du côté de la place de l’Indépendance, siège du ministère des Affaires étrangères.
Toute la différence “contextualisée” entre 2000 et 2012 reposerait donc plus sur des approches plus ou moins réfléchies, marchant donc au pas de sénateur, et moins au “bling bling” actif d’il y a peu.
Un rappel, en effet, de la période Wade, en matière de diplomatie active qui s’est illustrée dans le règlement de certaines crises : instruit par ses longues médiations d’un contexte de crises aiguës du début des années 90 aux côtés d’Abdou Diouf, Me Wade  est intervenu presque partout par sa diplomatie personnelle : Côte-d’Ivoire avec la signature du premier cessez-le feu entre rebelles nordistes et pouvoir Gbagbo ; Madagascar avec les accords inter-malgaches ; Mauritanie par la signature des accords de Dakar entre pouvoir et l’opposition suite a la crise née du renversement du Président Sidy Ould Cheikh Abdallahi,  Guinée-Bissau, Iran etc…
Les résultats obtenus ont certes flatté l’ego des Sénégalais depuis l’aube de l’Indépendance et le solidarisme envers l’Afrique (Congo) et les peuples qui souffrent (Liban et Palestine, principalement) ; ainsi se déclinait la vision culturelle d’un Senghor enraciné et ouvert. Aussi paraît-il nécessaire d’introduire la contradiction principale. L’activité à l’étranger n’est pas nécessairement diplomatie.
Il faut en effet faire la part des choses entre la politique étrangère et la diplomatie.
La première correspond aux choix stratégiques et politiques par les hautes autorités compétentes en matière de relations internationales (il s’agit selon les dispositions constitutionnelles du président de la République, du Premier ministre, et/ou autres), tandis que la seconde est la mise en œuvre de ladite option politique par l’intermédiaire des diplomates“, écrit El Hadji Daouda Faye. L’ancien ministre reconverti “analyste politique” évoque à cet effet le nécessaire pas à franchir par une nouvelle combinaison entre la ‘‘géopolitique’’ et la ‘‘ géo-économie’’ que nécessite la mondialisation. La frontière est étroite entre les deux notions : la réflexion et  l’action menées en vue d’établir et de réguler des relations s’étend en effet à la diplomatie et au commerce, en passant par les affaires militaires et de sécurité.

Pathé Mbodj, Journaliste

Les commentaires sont fermés.