Modern technology gives us many things.

Sénégal : les mines de zircon polluent le processus de paix en Casamance

compagnie minièreLe Sénégal veut mettre en valeur ses potentiels miniers, notamment le zircon. Un vaste programme d’exploitation a été lancé sur la Grande Côte il y a trois mois. En Casamance, dans le sud du pays, un autre permis de recherches a été accordé à la société australienne Carnegie. Cette entreprise aimerait y exploiter près de 5 millions de tonnes de minerais. Elle se heurte aux réticences des populations locales. 

Depuis 2004, les habitants doivent faire face à l’entreprise Australienne Carnegie Corporation. Cette dernière après quelques discussions avec le chef d’État de l’époque, Abdoulaye Wade, s’est vue autorisée à mener des explorations sur le sol Casamançais. Ayant trouvé des traces de Zirconium – un métal utilisé notamment pour les prothèses dentaires et la coutellerie de céramique – dans la colline séparant Kabadio de l’océan Atlantique, l’entreprise cherche depuis lors à convaincre les autorités Sénégalaises du bienfait d’une exploitation. Mais voyant les possibles conséquences d’une telle idée, le gouvernement s’est déchargé du dossier en 2006 en le remettant aux habitants concernés. Ces derniers avec l’aide de certains ministres et des anciens du village se sont intéressés de plus près aux éventuels problèmes qu’une exploitation de minerais pourrait causer sur l’écosystème de leur lieu de vie.

Le début de la lutte.

 

        Après quelques recherches, ils se sont aperçus que tout ce que leur proposait Carnegie était dans l’intérêt de la compagnie. Que ce soit, la construction d’une route allant du village à la colline, ou encore la création d’emplois sur le site d’exploitation. Une audience publique a donc eu lieu en 2008 à Kabadio débouchant sur le refus des habitants de voir l’entreprise s’installer. Mais les Australiens ayant déjà investi beaucoup dans ce projet n’abandonne pas. Avec l’aide du cabinet de géologie Dakarois Harmonie et de son représentant Ibrahima Diaw, ils essayent par tous les moyens de convaincre les villageois. Que ce soit par la corruption ou la menace. Mais les intellectuels de Kabadio ont pu démontrer qu’une telle entreprise pourrait polluer la nappe phréatique présente sous le sol de leur région et l’Aire Marine Protégée près de leur village. La question ne se pose donc plus. Et les échanges entre les différentes parties devenant de plus en plus houleux, Carnegie décide d’opter pour la discrétion pendant un certain temps.

Pendant ce temps, malgré la colère des populations, Carnegie explore la côte casamançaise, suivant les termes du permis de recherche qui lui a été accordé en novembre 2004. Un premier gisement a été identifié à proximité de la frontière avec la Gambie, près de Niafarang : une dune qui s’étend sur 6 kilomètres de long. « C’est un gisement important en terme de teneur », explique un  consultant et représentant local de Carnegie au Sénégal : 4,8 millions de tonnes de sable d’une teneur moyenne de 12,4% sont attendues sur les carrières ouvertes au Sénégal.

Penda Sow.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.