Modern technology gives us many things.

Sénégal : le ministre de la Justice attaque Amnesty International

mimi touré 9La comparaison du régime du président Macky Sall à celui de son prédécesseur Me Abdoulaye Wade et de notre pays à la Gambie, en matière de violation des droits de l’homme, par le représentant de Amnesty International, section Sénégal lors de la publication le jeudi 23 mai dernier du rapport 2013 de l’Ong n’est pas du gout des autorités sénégalaises.

 

Dans une lettre adressée à M. Salil Shetty, Secrétaire général d’Amnesty International basé à Londres au Royaume-Uni, le ministre de la Justice Garde des Sceaux Mme Aminata Touré trouve «tout à fait déplacés» les commentaires suscités par le rapport. Car ils sont «manifestement sans rapport avec son contenu réel qui, pour l’essentiel se réfère à des faits survenus avant la deuxième alternance à la tête de notre pays ayant consacré l’arrivée au pouvoir du président Macky Sall».

Selon la ministre de la Justice, Garde des Sceaux, «les propos du représentant d’Amnesty Sénégal (ndlr-Seydi Gassama) comparant le régime de M. Macky Sall à celui de M. Abdoulaye Wade sont tout à fait déplacés car ils placent M. Gassama sur le terrain de la politique politicienne, ce dernier avait déjà fait un commentaire public comparant le Sénégal à la Gambie». Ce qui Mme Aminata Touré de manque de retenue qui porte atteinte à l’image de marque de l’Ong internationale. «Ce manque de retenue brouille le véritable message du rapport et porte atteinte à l’image de marque d’Amnesty International qui continue au Sénégal et partout dans le monde à jouir d’une bonne réputation».

Suffisant pour que la ministre de la Justice apporte des «précisions qui me paraissent nécessaires afin d’éviter tout amalgame ou confusion dans la perception des renseignements fournis au sujet de la situation des droits de l’homme au Sénégal». A l’en croire, non seulement le commentateur, pour l’essentiel, se réfère à des faits survenus avant l’avènement de Macky Sall à la magistrature suprême, mais aussi «les fait évoqués ont tous fait l’objet d’un traitement judiciaire approprié». Mieux, a-t-elle ajouté, «le Sénégal pour ce qui le concerne reste inéluctablement engagé dans la promotion des droits de l’homme et de la dignité humaine».

En atteste, a précisé Mme le ministre, «toutes les personnes impliquées dans la commission de fait ayant porté atteinte à l’intégrité physique de personnes, fussent-elles des agents de la force publique, sont poursuivies devant les juridictions et placés en détention provisoire notamment celles qui sont visées dans des affaires criminelles».  Et «certaines procédures d’enquêtes ont déjà donné lieu à des décisions de condamnation».

Pour Mme Aminata Touré,  le gouvernement du président Macky Sall a fait de la lutte contre l’impunité l’une de ses priorités et c’est donc tout naturellement qu’il a décidé, dans le respect de ses engagements internationaux, d’organiser le procès des acteurs de crimes internationaux commis sur le territoire tchadien du 07 juillet 1982 au 01 décembre 1990.
A son avis, «tous les observateurs avertis, s’il sont de bonne fois, ont constaté les progrès réalisés depuis l’installation de ce gouvernement issu des élections du 25 mars 2012 dans la promotion et la protection des droits de l’homme à travers des réformes de fond touchant aux institutions et des actions hardies tournées vers la sensibilisation et la formation en matière de droits humains».

La Garde des Sceaux qui a listés une batterie de mesures prise par les nouvelles autorités sénégalaise en matière de droits de l’homme, droit économiques et de transparence et de lutte contre la corruption et l’impunité sous toutes ses formes se dit fonder, partant de ces «avancées»,  «à penser légitimement que certaines comparaisons ne rendent pas justice aux efforts déployés par le régime actuel en vue de l’amélioration de la situation des droits de l’homme dans le Sénégal d’aujourd’hui». Toutefois elle a assuré de l’entière disponibilité du Sénégal à collaborer avec l’organisation internationale pour tout ce qui touche aux droits de l’homme.

Sud Quotidien

Les commentaires sont fermés.